Bernadette Malgorn

20161005_170140

Bernadette MALGORN, est fille d’un père brestois et d’une mère morlaisienne.

A sa sortie de l’ENA en 1975, elle intègre le corps préfectoral dont elle exercera tous les métiers.

Souhaitant s’impliquer dans la construction européenne, elle travaillera pendant trois ans à la Cour des Comptes des Communautés Européennes.

Elle aura plusieurs occasions d’exercer en Lorraine, où elle sera confrontée aux mutations industrielles.

Elle y rencontre Philippe Séguin et accompagnera son parcours tant au ministère des affaires sociales et de l’emploi qu’à l’Assemblée nationale dont il est élu Président en 1993 et où elle dirige son cabinet. Elle s’inscrit dans sa ligne politique du gaullisme social.

Première femme préfète de région, elle retrouve la Lorraine en 1996. Elle coordonne des dossiers de premier plan tels que le TGV Est.

En 2002, Bernadette MALGORN retrouve sa Bretagne en tant que préfète de la Région. Elle élabore le projet d’action stratégique de l’État en région (PASER) qui fixe les grandes priorités d’action pour la Bretagne. Elle coordonne le projet de TGV Bretagne Atlantique, œuvre en faveur de la reconquête de la qualité de l’eau et de la mise en valeur de la mer.

Elle mène également une politique de prévention des risques menaçant la région (risques naturels, maritimes, de santé publique et économiques). Elle accompagne les mutations du tissu industriel, particulièrement dans le domaine des télécommunications, de l’agroalimentaire et des industries de défense. Engagée en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, elle prend l’initiative d’un observatoire régional de la parité.

Secrétaire générale du ministère de l’Intérieur de 2006 à 2009, Bernadette MALGORN aura l’occasion, à ce poste, de participer à la commission du Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale. Elle est particulièrement sensible aux enjeux d’une présence de l’activité de défense à Brest.

Depuis 2009, elle est magistrat financier.

Bernadette MALGORN a pris le temps, simultanément à l’exercice de ses fonctions, d’accomplir d’autres missions qui lui tiennent à cœur. Elle préside de 2004 à 2013 l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (ONZUS) chargée d’évaluer la politique de la ville dans les quartiers: elle rend en 2013 un rapport d’évaluation de 10 ans de rénovation urbaine. Elle siège également au Conseil d’orientation pour l’emploi (COE) et au Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS).

Bretonne et implantée à Brest depuis plusieurs années, Bernadette MALGORN conduit aux élections régionales de 2010 la liste de la droite et du centre, et préside le groupe d’opposition rassemblant 19 élus.

Membre de la Commission permanente, membre du Conseil portuaire de Brest et du Syndicat mixte Brest-Iroise, et vice-présidente de l’Etablissement public foncier de Bretagne, Bernadette MALGORN œuvre pour le désenclavement de l’Ouest breton, condition indispensable au développement économique et au rééquilibrage démographique de la pointe finistérienne. A ce titre, elle s’est fortement impliquée dans les projets de développement du Port de Brest et de la mise de Brest et Quimper à trois heures effectives de Paris.