Discours du 19 décembre : les transports publics et l’éducation, conclusion

Publié le Publié dans Elections municipales de 2014

Revenir à : sécurité et développement économique

Chers amis,

Notre ville doit vivre en harmonie.
L’harmonie suppose que chaque quartier qui compose Brest puisse se développer avec son identité.

Chaque quartier doit être un village dans la ville dans lequel les habitants puissent prendre leur destin en main avec des Conseils de quartier où l’on pourra prendre la parole et agir.
Les habitants dans les quartiers doivent être  force de propositions pour animer la vie collective économique, sociale, culturelle, sportive, éducative ….

Dans le domaine éducatif prenons par exemple la réforme des rythmes scolaires.

On peut avoir des opinions différentes sur cette réforme. Mais la loi s’impose à nous.
Ce qui est inacceptable c’est la méthode à la hussarde imposée par le ministre de l’Education nationale ; c’est de faire payer les collectivités locales.
A Epinal, une ville que je connais bien, Philippe SEGUIN, a travaillé pendant plusieurs années avec les familles, les enseignants, les associations pour mettre en œuvre un aménagement du temps de l’enfant.

Quand nous serons élus en mars, nous soutiendrons l’élaboration de   projets éducatifs avec les familles, les enseignants des différents réseaux , les associations dans la pluralité de leurs sensibilités.
Si la réforme des rythmes scolaires consiste à laisser les enfants dans la rue ou les confier à des associations qui n’ont pas de projets ou n’ont pas été préparées à accueillir les enfants nous passons à côté du sujet.
Voilà un chantier passionnant qu’il faudra ouvrir en toute première priorité.

Des quartiers « village » oui mais pas des forteresses juxtaposées les unes à côté des autres.
Il nous faudra mener une réflexion sur l’accessibilité, la fluidité dans les transports en commun.
Laissons de côté le gadget du téléphérique.
La réalité, c’est que tout le plan de circulation est organisé pour tenter de rentabiliser le tram et faire la vie dure aux automobilistes.
Résultat la circulation à Brest a perdu de sa fluidité et les transports collectifs ne permettent pas un bon accès entre les quartiers.
Il nous faudra aussi créer de nouvelles places de stationnement et moduler le zonage avec des plages horaires gratuites. Ce sont des conditions indispensables pour accéder au centre-ville,  le revitaliser et relancer son commerce.

Quant aux transports en commun, c’est à eux de s’adapter aux besoins des Brestoises et Brestois et non l’inverse.
Nous rechercherons la meilleure qualité de service du réseau de bus : ce sont de fortes fréquences, des amplitudes élevées, des parcours rationalisés, et pourquoi pas sur certains itinéraires des voies dédiées, des planchers bas pour faciliter l’accès des personnes à mobilité réduite, la vente des titres de transport au niveau des stations ….
Bref un plan des déplacements au service des habitants de tous les quartiers en lien avec nos communes sœurs.

Chers amis,

Nous aurions encore beaucoup de sujets à évoquer, le logement, la place de la culture, la mise en valeur de notre patrimoine, le sport et même si je l’ai indirectement évoqué la rénovation de la démocratie locale … mais nous aurons d’autres rendez-vous.

Vous aurez compris qu’après 23 ans de gestion socialiste, la tâche qui nous attend est immense.
Elle ne nous fait pas peur parce que nous aimons Brest. Nous refusons son déclin.
Il nous reste trois mois. Trois mois pour écouter, convaincre, rassembler. Trois mois pour gagner.

Vive Brest, vive la Bretagne, vive la France!