Energies Marines Renouvelables : quelle place pour Brest ?

Publié le Publié dans Elections municipales de 2014

Alors qu’Alsthom vient de décider d’implanter sa base de recherche à Nantes en vue de créer un pôle de plus de 200 personnes travaillant sur l’hydrolien et l’éolien offshore, au moment où une entreprise danoise de construction de pales – LW Wind –  s’installe à Cherbourg, * Brest semble atone et prendre une nouvelle fois du retard en négligeant ses atouts  et en se montrant incapable de mobiliser les investissements aptes à affirmer sa dimension maritime.

Où en est-on des travaux sur le polder ?
Qu’en est-il des menaces qui planent sur l’implantation de France Energies Marines à Brest ? 

Quand on sait que, notamment dans le domaine de la recherche et de l’expérimentation dans ce secteur de pointe, tout retard initial contribue à rendre encore plus difficile un positionnement que d’autres ont intelligemment préempté, la passivité municipale risque de contribuer une nouvelle fois à laisser passer des occasions stratégiques porteuses d’avenir.
Il est  plus que temps d’affirmer un leadership que le positionnement technologique et géographique de Brest  doit imposer.  D’autres, plus entreprenants, ont compris l’importance de ce secteur de pointe et l’opportunité de s’y investir. Fédérer les ambitions légitimes et imposer sa détermination dans ce domaine c’est l’objectif que se donne l’équipe  groupée autour de Bernadette Malgorn. C’est pour Brest le choix de l’avenir !
* Informations publiées par le journal les Echos du 6 janvier « Alstom implante sa base recherche EMR à Nantes » ; « LM Wind Power fera ses pales à Cherbourg » ; « A St Nazaire l’éolien offshore entre en phase industrielle »