Elections municipales de 2014

Les brestois questionnent Bernadette Malgorn

Emploi et travail

Les effectifs du ministère de la défense ont connu une importante déflation depuis plusieurs années. Les effectifs de la base de défense seront encore touchés par la poursuite du plan de réduction des personnels décidé par la loi de programmation militaire socialiste. La dissuasion ne suffit plus au développement des activités de la marine ou de l’industrie de défense qu’il s’agisse de DCNS ou de THALES. La mairie sortante n’a pas su tirer parti des soutiens aux restructurations proposés dans le passé.

Je veillerai à ce que la ville de Brest puisse bénéficier au minimum de l’entretien majeur des nouveaux sous marins d’attaque Barracuda. Je ferai en sorte de tirer avantage de notre remarquable positionnement maritime et des infrastructures tant civiles que militaires pour relancer l’emploi qui est ma première priorité. Je ferai un effort tout particulier pour une plus grande mutualisation des outils afin de relancer l’activité des ports et la pleine charge des bassins de la réparation navale. Cette démarche contribuera à stabiliser les effectifs militaires et développer les emplois maritimes et portuaires.

Téléphonie et internet sans fil

La question des rayonnements électromagnétiques de la téléphonie mobile et plus largement de toutes les connexions sans fil est importante. Je veillerai tout particulièrement à ce qu’elle soit traitée avec toute l’attention qu’elle mérite. L’application et le contrôle des normes édictées est bien sûr une priorité, tout particulièrement celles qui concernent les valeurs limite d’exposition. Les crèches et les écoles sont des lieux sensibles qui méritent d’être protégés comme vous le soulignez, tout comme d’autres établissements accueillant du public jeune. Je suis favorable, dans cette optique à ce que les connexions filaires soient privilégiées chaque fois que cela est possible techniquement et économiquement.

La concertation sur ces thèmes est une de mes préoccupations, et je veillerai à ce que les services puissent avoir accès quand c’est nécessaire des moyens techniques d’évaluer les risques encourus et les niveaux réels afin de s’assurer que la population est effectivement protégée quand elle utilise les moyens modernes de communication non filaires. Brest est en pointe sur ces thèmes avec des industriels compétents, et se doit d’être une vitrine.

Sport

Le sport est un thème important qui mérite toute mon attention. J’entreprendrai la rénovation des infrastructures pour l’ensemble des sports amateurs ou professionnels, collectifs ou individuels, afin de faciliter l’accès pour tous et en particulier pour les handicapés. Par exemple, mise en place de parquets spéciaux pour les fauteuils handicapés, pour l’exercice des arts martiaux. Pelouses, tribunes, accès facilités pour l’ensemble des stades hors Menez Paul et cavale Blanche déjà en synthétique, et gymnases dont certains déclarés SR (sous réserves)… Nous entreprendrons la couverture du boulodrome du Moulin Blanc et nous encouragerons les initiatives pour créer d’autres boulodromes.

Nous engagerons également une concertation pour l’occupation cohérente des salles d’entraînement  afin que les clubs et associations puissent bénéficier d’une plus grande stabilité dans l’attribution des salles.

Le centre de formation du Stade Brestois29 fera l’objet d’une attention particulière. C’est au Stade Brestois de définir sa stratégie pour reprendre la place qu’il mérite parmi les grandes équipes de foot. La municipalité est légitime à accompagner les efforts du club s’agissant tout particulièrement de la formation des jeunes. L’opération Pen Helen s’inscrit bien dans cette optique.

Nous appuierons également très fortement toute initiative pour la mutualisation des installations sportives de la base de défense et celles du domaine civil, pour que l’accès soit le plus large possible et que les investissements soient bien ciblés. Les synergies seront recherchées pour que des pôles d’excellence émergent quel que soit le statut des organismes qui les portent.

Enfin, le nautisme est une dimension importante du sport à Brest : il faudra mettre les grands évènements au service de l’image de Brest, mais aussi des familles et notamment des jeunes qui sont l’avenir du sport.

Brest à pied et à vélo 

Nous portons une attention toute particulière au plan de circulation dans la ville de Brest, car c’est un élément fondamental pour l’équilibre entre le bien vivre à Brest et le dynamisme économique ou culturel de la ville. Il est important de trouver une place pour chaque mode de transport, et de veiller à la sécurité et à la tranquillité de nos concitoyens en tous lieux et en toutes circonstances. Nous reverrons donc le plan de circulation actuel, pour une plus grande fluidité.

Nous favoriserons les cheminements des piétons en consacrant une attention particulière à l’entretien et l’adaptation des trottoirs. Les passages piétons seront protégés par une réduction de la vitesse et un éclairage adéquat. Des aménagements seront réalisés pour faciliter le déplacement des personnes âgées et des handicapés, en veillant, par exemple, à ce que des poubelles n’entravent pas abusivement leur déplacement. Nous mettrons en valeur et améliorerons la signalisation de la ligne verte traversant Brest. Sans oublier les sentiers côtiers.

L’actualisation du schéma directeur « vélo » nous permettra aussi de poursuivre et développer les zones réservées aux cyclistes, et de renforcer la sécurité des cyclistes dans le partage de la voirie, qui exige des parcours clairement balisés, le plus continus possible, et dissociés des zones piétonnes.

La circulation harmonieuse et sécurisée des piétons et des cyclistes restera une priorité à nos yeux, et que nous veillerons à développer des conditions favorables à ces modes de transport.

Bruit

Le bruit est une des conséquences du progrès technique, ou des activités commerciales, culturelles ou touristiques. Il peut provoquer  effectivement des nuisances, voire des troubles à la santé en cas de situation persistante.

Nous veillerons tout particulièrement à ce que les normes en vigueur qui en limitent les effets soient le plus strictement possible appliquées. Nous veillerons aussi à ce que les usagers de la voie publique, quels qu’ils soient, ne provoquent pas de trouble excessif au regard de ces références.

La police municipale que je compte mettre en place aura un rôle dans le contrôle des niveaux de bruit en ville dans ces circonstances. Nous veillerons aussi à ce que tous les nouveaux modes de transport soient le plus silencieux possible, en privilégiant par exemple les modes de propulsion tout électrique et le pneu plutôt que le rail, et en donnant toute leur place aux  zones piétons et aux axes réservés aux vélos. Le bruit est et restera une de nos préoccupations.

Economie

Brest est confrontée à un triple décrochage, démographique, avec un déficit de 9000 habitants depuis l’arrivée du maire sortant à la mairie, économique avec une baisse régulière de l’emploi de 5%, et enfin territorial qui s’aggravera lorsque Rennes-Paris se fera en 1h24.

Après beaucoup d’occasions manquées, nous concentrerons nos efforts sur les thèmes générant de l’emploi productif : par exemples la rénovation urbaine et les investissements de proximité favorisant l’accessibilité pour tous, l’entretien lourd des sous-marins, l’éolien flottant pour industrialiser le Polder et justifier les lourds investissements prévus, les infrastructures pour les escales et la croisière, et la zone Soveso comme station service pour les navires qui serons propulsés au gaz (GNL), véritable levier pour la réparation navale.

Pour cela, il faudra rechercher une planification cohérente des espaces et promouvoir la mutualisation des équipements portuaires civils et militaires. Nous mobiliserons tous les acteurs intervenant dans l’urbanisme pour que la ville et ses ports reprennent le chemin du développement économique.

Fiscalité

L’équipe sortante a accumulé un lourd passif avec plus d’un milliard de dettes ou d’engagements. Si on ne regarde que Brest, la gestion est rassurante. Mais l’essentiel des compétences et des budgets relève de la communauté urbaine. BMO est trop endettée. La dette de 400 millions d’euros, soit plus de 2000 euros par habitant, est en forte progression. Cette dette est surtout due au tram et elle pèsera encore dans 30 ans. En outre les services publics locaux à Brest sont confiés à des organismes publics ou privés. Avec eux, les engagements financiers sont portés à 700 millions d’euros. Enfin, la fiscalité locale a fortement augmenté. Les taxes d’habitation et foncière ont fait un bond de 20%. Et ces impôts reposent sur une population en diminution à Brest et à BMO.

Nous stabiliserons les impôts locaux tant pour les ménages que pour les acteurs économiques. Nous renoncerons aux grands travaux au-dessus de nos moyens. Nous privilégierons l’investissement de proximité et l’entretien du patrimoine. Pour chaque dépense, nous nous poserons deux questions : quel est l’impact pour l’emploi, et la nature de la dépense justifie-t-elle d’enlever un euro dans la poche du contribuable en difficulté ?