Elections municipales de 2014

Ecotaxe : Après le TGV, le téléphérique ? Le chantage continue !

Posted

Le téléphérique brestois menacé par le gel des subventions ?

On nous a déjà fait le coup avec le TGV : «  si les Bretons ne veulent pas payer l’écotaxe, ils n’auront pas le TGV » nous a dit en substance le ministre socialiste des transports. Et maintenant ce serait la faute des Bonnets Rouges si le téléphérique brestois a pris de la gîte ! Le Maire sortant espère ainsi  se dépétrer d’un dossier embarrassant.

 Ce chantage à l’écotaxe du gouvernement socialiste est indigne et inacceptable

– Indigne, c’est la poursuite  d’une campagne insidieuse contre la Bretagne qui a exprimé  sa colère face au déclin économique de la pointe bretonne et à une écotaxe qui viendra l’aggraver.

– Inacceptable parce que la situation de la Bretagne n’est pas celle de l’Alsace,  du Nord ou de l’Ile de France. L’éloignement de notre région accroît les charges de nos entreprises déjà pénalisées en coût, en temps et en distance.

 Quant au téléphérique, il s‘agit bien entendu d’un prétexte, et la ficelle est grosse ! Le projet de téléphérique est un mauvais projet à la fois complexe et d’une grande difficulté technique, mal étudié en terme d’environnement, inopportun (la station « Capucins » du tramway dessert déjà le quartier) et très onéreux. Ce n’est pas parce que Brest sera dotée d’un téléphérique qu’elle deviendra, miraculeusement, plus attractive !

 « Ce gel (des subventions) est un mauvais coup porté à l’économie française !» prétend le directeur de campagne du maire sortant qui n’hésite pas à employer les grands mots au secours des difficultés financières de la municipalité. Cette agitation ne traduit-elle pas une fébrilité et une vraie inquiétude chez les socialistes ? Ils ont promis aux Brestois monts et merveilles au prix de dizaines de millions d’ €uros, sans vouloir admettre que nous étions en période de crise et qu’il était indispensable de faire des économies.

 Des exemples ? Ils annoncent des dépenses publiques de 41 M € pour la ZAC de la Fontaine Margot, 31 M€ pour celle de Kerlinou, 75 M€ pour celle des Capucins et 22,3 M € pour la médiathèque, enfin 31 M € pour les Halles St Louis !

 Les 3,8 M € de subventions gelées ? Une goutte d’eau parmi un océan de dépenses !

On ne décide pas d’une réalisation parce qu’elle est subventionnée mais parce qu’elle est utile.

Bernadette Malgorn ne se retranche pas derrière des prétexes : élue maire de Brest, elle ne fera pas de téléphérique car les Brestois ne veulent pas voir leur argent gaspillé.