Les questions du Télégramme

Publié le Publié dans Elections municipales de 2014

TRANSPORTS

Tout a été fait pour dissuader les automobilistes de fréquenter le centre ville, ce qui a contribué à mettre en difficulté le commerce de proximité. Le plan de circulation et de stationnement sera revu tout en maintenant une cohabitation apaisée entre piétons, automobilistes et 2 roues.

Avec le tram nous nous sommes fortement endettés. Nous n’avons pas les moyens de nous payer une 2ème ligne. Notre objectif est d’assurer une haute qualité de service de notre système de transports en commun.

Ce n’est pas aux Brestois de s’adapter au réseau de transports publics,  mais au service public de transport de s’adapter aux besoins des habitants. Et Brest, pour le développement de l’emploi a aussi besoin d’un vrai TGV et du désenclavement vers le technopole et vers la Cornouaille.

 

LOGEMENT

Trop de logements sont vides dans notre ville.

Ce n’est pas en aménageant à grands frais des ZAC pour des milliers d’habitations, à la périphérie, loin des commerces, que l’on règlera le problème du déficit démographique. C’est l’emploi qui attire les habitants.

A la rencontre d’un site exceptionnel et d’une volonté déterminée, Brest doit retrouver son attractivité.

Le centre ville historique, vitrine de l’agglomération, sera reconquis. Nous redonnerons vie à nos places, à nos rues et à nos jardins.

Nous humaniserons les quartiers en villages, lieux de solidarité inter-générations, et améliorerons le cadre de vie.

Nous mettrons en place une politique incitative, en lien avec les professionnels de l’immobilier, pour réhabiliter les logements, notamment les copropriétés vieillissantes. L’accent sera mis sur la rénovation thermique.

Nous poursuivrons la rénovation urbaine dans les quartiers.

 

ENFANCE, EDUCATION 

Nous voulons faire de Brest une ville accueillante pour les familles, respectueuse de leurs rythmes. Nous adapterons les rythmes scolaires en concertation avec tous les acteurs et dans le respect de l’égalité des chances. La charge des temps d’activité périscolaires ne doit peser ni sur la collectivité, ni sur les familles ; c’est à l’Etat de payer pour que cela reste gratuit !

Nous accompagnerons l’intégration  des enfants handicapés dans le réseau des écoles.

Nous faciliterons des modes alternatifs pour l’accueil de la petite enfance en favorisant les initiatives  comme les maisons d’assistantes maternelles.

Nous créerons un conseil municipal de la jeunesse avec des élèves de cours moyen.

Nous favoriserons l’alternance et l’apprentissage à tous les niveaux.

 

CULTURE ET SPORT

La culture est liberté. Avec nous pas de culture officielle.

Les talents brestois  sont nombreux. Ils  méritent, dans la transparence, une attention et un soutien un accès impartial  aux salles  et aux aides municipales.

Nous mettrons en valeur le patrimoine de la ville, notamment le Carré des Arts.

Nous n’oublierons pas d’ancrer Brest dans sa tradition bretonne en soutenant les initiatives pour un pôle brestois pour la langue et la culture bretonnes.

La rénovation des infrastructures sportives de proximité facilitera l’accès pour tous, y compris pour les handicapés.

Une concertation pour l’occupation cohérente des salles d’entrainement sera réalisée afin que les clubs et associations n’aient pas à changer régulièrement de lieux.

 

ECONOMIE

Notre priorité c’est l’emploi. Sans travail, sans emploi, pas de ville, pas de vie, pas d’avenir.

Brest a manqué  beaucoup d’occasions, de la déconstruction aux biotechnologies.

Nous serons offensifs pour revendiquer une présence forte de la Marine Nationale, à commencer par l’entretien des sous-marins Barracuda. Nous favoriserons la mutualisation des équipements portuaires civils et militaires.

Nous visons 3 objectifs : faire de Brest la station service du GNL, levier pour la réparation navale ; industrialiser le polder, notamment en rattrapant notre retard dans les EMR ; Nous soutiendrons le trafic conteneur et la croisière.

Ce sont les entreprises qui créent les emplois. Tout doit donc être fait pour les aider : bien les accueillir, stabiliser la fiscalité, proposer des terrains, attirer et fidéliser les centres de décision, soutenir l’innovation et redonner vie au technopole.

 

FISCALITE

L’équipe sortante a accumulé plus d’un milliard de dettes ou d’engagements. Cette dette, surtout due au tram, pèsera encore dans 30 ans. Car, outre la ville et BMO, toute une nébuleuse tourne autour de la gestion locale : Brest’Aim (ancienne SOPAB), SEMPI, Eau du Ponant, Sem Tram, BMA, BMH etc.

 Les taxes d’habitation et foncière ont fait un bond de 20%. Et ces impôts reposent sur une population en diminution à Brest et à BMO.

Nous stabiliserons les impôts locaux : c’est-à-dire que lorsque les bases augmentent, nous diminuerons les taux en maintenant les ressources de la collectivité. Nous renoncerons aux travaux inutiles et coûteux comme le téléphérique et favoriserons l’entretien du patrimoine.

Pour chaque dépense, nous nous poserons deux questions : quel est l’impact pour l’emploi, et la nature de la dépense justifie-t-elle d’enlever un euro dans la poche du contribuable en difficulté ?

 

SECURITE

La tranquillité et la sécurité sont une préoccupation majeure des Brestois : réalité niée par le maire sortant.

A Brest, on incendie une mairie de quartier, une école… on défonce un centre social à la « voiture bélier », le trafic de drogues s’enracine dans les quartiers mais aussi place de la Liberté.

Nous demanderons la création à Brest de zones de sécurité prioritaires qui permettent le renforcement de l’action de la police nationale.

Nous créerons une police municipale qui, par sa présence sur la voie publique, y compris à pied, répond à un besoin des habitants.

Nous mettrons en place une vidéo-protection qui en renforcera l’efficacité dans le respect de la liberté individuelle et de la vie privée.