Equipe Cuillandre : des concertations déconcertantes….

Publié le Publié dans Interventions et communiqués

Lors du conseil communautaire du 24  juin 2014 Bernadette MALGORN,  présidente du groupe des élus du Rassemblement Pour Brest fustigeait  les concertations de façade menées par l’équipe de François Cuillandre et montrait deux exemples très concrets de cette pratique.

Elle indiquait ainsi  :   » Concertation de façade que la constitution d’un comité de pilotage et de suivi des travaux et de l’écosystème dans le cadre du projet de liaison Nord Lambézellec ou celui  du futur aménagement de voirie au niveau de la RD165 (programme de travaux routiers préalable au projet de développement du port) quand on n’a pas écouté les habitants et les associations avant. (Délibérations C2014-06-078, 045 ). »

Le projet d’aménagement de voirie au niveau de la RD165 ( rue Alain Colas) 

Sur le dossier du futur aménagement de voirie au niveau de la RD165 (programme de travaux routiers préalable au projet de développement du port),  Marc BERTHELOT, conseiller municipal et communautaire du Rassemblement pour Brest a suivi avec attention l’évolution de ce projet, rencontrant au préalable  les associations de riverains du secteur de Saint-Marc particulièrement  mobilisées sur les aspects de nuisances  et de sécurité pour les résidents de cette partie de Saint-Marc.

Marc BERTHELOT

Lors du Conseil communautaire Marc BERTHELOT  est intervenu  en séance :

 » Monsieur le Président, mes chers collègues, 

Je regrette que cette délibération, que nous aurions probablement votée si tel n’avait pas été le cas, intègre, à ce stade, comme pour acquis, la création d’un accès supplémentaire au polder  depuis la rue Alain Colas.

Démocratie de façade, disions-nous en propos introductifs ! Cette résolution le confirme.

Alors donc que nous délibérons cet après-midi sur la réalisation des travaux sur le polder, ce matin même se tenait sur place…. à l’initiative des associations ! Une réunion de concertation, en tout  cas présentée comme telle par la collectivité, précisément sur le projet de création de cet accès  supplémentaire au polder.

Les questions de sécurité, d’exposition au bruit sur ce site si particulier, historique aussi, sont au cœur des préoccupations et des interrogations, qui sont grandes, des usagers et des riverains.
Or, à lire la délibération tout apparaît ficelé et décidé, notamment concernant l’ouverture de ce nouvel accès à la circulation des poids lourds.
Alors, Monsieur le Président, les jeux sont-ils ou non faits ? Les dates données dans ce document, qui ne sont pas forcément les mêmes que celles annoncées aux riverains, sont-elles impératives ?
Reste-t-il encore vraiment une place pour  la consultation et la concertation ?

De ce que nous pouvons déduire des termes de cette délibération je crains qu’il n’y en ait, de part votre volonté, aucune mais je souhaite me tromper.
L’avenir nous le dira.

En attendant nous voterons contre cette délibération.« 

Christine MARGOGNELe projet de liaison au Nord-Lambézellec (Vallée du Restic)

En matière d’urbanisme, nous n’avons pas la même logique que la municipalité brestoise ou la majorité communautaire. Pour nous l’étalement de la ville est excessif, l’urbanisation des secteurs comme à Messioual ou  au  Nord de Lambézellec,  ne sont pas cohérents avec l’évolution démographique de Brest. Les modes de contournement de ces secteurs ne sont ni adaptés  ni respecteux de l’environnement.

Ce projet de traverser la vallée du Restic n’est pas acceptable en matière d’environnement, notamment pour ce qui concerne la destruction des zones humides. Les réserves faites par l’autorité environnementale, tout comme la commission d’enquête du PLU facteur 4,  ignorées par l’équipe Cuillandre, sont pourtant claires.

Les associations du secteur méritent mieux qu’un dialogue de sourd, où leurs arguments ne sont jamais pris en compte. Dès lors il était essentiel que l’opposition communautaire puisse  siéger au comité de pilotage pour assurer une vision différente et permettre une prise en compte des intérêts des résidents du secteur et de la préservation de cette vallée. Ainsi avons-nous obtenu que Christine MARGOGNE, conseillère municipale et communautaire du Rassemblement Pour Brest  mais également élue du canton Lambézellec siège  dans cette instance.

Comme tous  élus du Rassemblement Pour Brest, il sont particulièrement offensifs et déterminés à préserver la tranquillité et la qualité de vie dans nos quartiers brestois.