Une occasion ratée pour Brest : la déconstruction des « vieilles coques »

Publié le Publié dans Développement économique et attractivité, Interventions et communiqués

207Ancien commandant du porte-hélicoptères Jeanne d’Arc, le contre-amiral (2S) Bruno SIFANTUS, aujourd’hui conseiller municipal et communautaire, élu  du groupe Rassemblement Pour Brest s’est exprimé il y a quelques jours  pour regretter  l’occasion raté par Brest de créer une filière de démantèlement des navires en fin de vie.

L’ex-Duperré  appareillera  ce 10 octobre 2014 vers un chantier en Belgique pour sa déconstruction, l’ex-Jeanne d’Arc (Q860) suivra ce week-end pour relier Brassens en Gironde puis, dans un délai de six mois, ce sera au tour de  l’ex-Colbert (Q683), ceux deux dernières coques devant être déconstruites par le groupe Véolia  dans ses chantiers bordelais.

Brest n’en tire hélas aucun bénéfice et c’est ce que Bruno Sifantus qu’a tenu à rappeler  en précisant qu’il s’agit là  « d’une occasion manquée pour Brest et son port car c’est un groupement français, Bartin Recycling et Petrofer Société Nouvelle, deux filiales de Veolia qui ont remporté le marché ». Pour lui il est clair que  » Brest ne s’est pas suffisamment emparé du dossier » !

Il déplore « un manque cruel de coordination et de mutualisation de la part des différents acteurs concernés » et  » une absence totale d’engagement de la part de la Communauté urbaine et de la Ville ».

Pour Bruno Sifantus  il y a à Brest « une segmentation des activités entre le ministère de la Défense et les industriels de la réparation navale. Une harmonisation des potentialités aurait pu émerger. C’est important pour l’avenir de Brest au moment où l’activité se ralentit, où les nouveaux navires requièrent moins de personnels à terre et en mer ».

Il est encore possible pour Brest de se positionner  d’autant plus que les grands groupes du secteur sont souvent implantés dans notre ville.  Les élus du Rassembelement Pour Brest attendent  de la part de Brest métropole océane  qu’elle prenne enfin les initiatives  pour « mettre tout le monde autour de la table ».

 

Sifantus et la Jeanne d'Arc