Le droit à la sécurité à Saint-Martin et dans le Haut-Jaurès

Publié le Publié dans Cadre de vie

DSC_3421La dégradation de la sécurité dans les secteurs Saint-Martin et Haut-Jaurès a fait l’objet de nombreuses saisines des autorités ces dernières semaines.

Alertée par les associations sur les conditions de vie détériorées des habitants et l’atteinte à l’activité commerciale sur ces secteurs, Bernadette Malgorn avait saisi les autorités le 10 octobre dernier pour demander la mise en œuvre d’actions concrètes sur les trois secteurs mis en évidence :

  • dans le secteur Guérin / Octroi, altercations et intimidations sont devenues des phénomènes récurrents, mais aussi trafics de stupéfiants. Cela n’est pas tolérable !
  • dans le secteur des Halles Saint-Martin, les nuisances nocturnes se sont répétées avec des attroupements de plusieurs centaines de jeunes  gens fortement alcoolisés, engendrant des comportements délictueux. Ceci doit cesser !
  • dans le secteur de l’Ilot de Kérigonan, depuis des années des pétitions ont circulé pour faire cesser les tapages nocturnes aux abords de la rue Donnart. Ce n’est plus acceptable !

Dans leurs réponses, le procureur et le sous-préfet assurent avoir pris la pleine mesure de la situation et établi un dialogue avec les associations de riverains et de commerçants.

En terme de présence policière le sous-préfet indique à Bernadette Malgorn avoir veillé à ce que « des instructions particulières soient données aux unités de voie publique de l’hôtel de police de Brest afin de renforcer de manière significative la présence policière sur les lieux cités » (le renforcement des patrouilles des forces de police nationale, patrouilles pédestres, accroissement des interpellations dans tous les domaines).

Sur le plan judicaire, le procureur assure pour sa part « qu’une attention toute particulière sera portée à la suite à donner aux procédures en lien avec la sécurité et les infractions commises dans ces secteurs du centre de Brest ».

Si la municipalité semble elle aussi constater l’insécurité grandissante notamment dans le centre-ville, les simples médiations qu’elle met en place ne peuvent répondre à la situation.

Les Brestois ont le droit à la sécurité et la tranquillité. Les élus du Rassemblement Pour Brest demandent au Maire de signer un arrêté municipal interdisant la consommation d’alcool sur la voie publique, mesure permettant la verbalisation par la police. Ils préconisent aussi la création d’un système de vidéo-protection et d’une police municipale, venant en appui de la police nationale.