Partout en France le commerce et ses emplois sont considérés comme les moteurs essentiels de l’économie locale. Ils sont les reflets de la vitalité d’une agglomération.

A Brest, au contraire le commerce et ses emplois n’ont jamais constitués une priorité pour l’équipe Cuillandre. Les freins anti-croissance se sont multipliés : taxes plus pesantes qu’ailleurs, coûts de stationnement et de transports dissuasifs, tout ceci en totale inadéquation avec la situation économique réelle.

Depuis plus d’un an, la majorité municipale nous parle de la tenue des « assises du commerce ». Plusieurs réunions préparatoires ont eu lieu, consistant à demander aux commerçants présents d’exposer leurs problèmes, leurs attentes et leurs souhaits. Ainsi, après 26 ans de pouvoir, les socialistes s’aperçoivent enfin qu’il y a des commerces et des emplois au centre-ville !

Ces assises devraient se tenir le 15 juin. Dans la mesure où aucun budget n’a été provisionné, il est vraisemblable que cette « grand messe » n’aboutira pas sur un « miracle », tout au plus, faut-il attendre un petit train de mesurettes dignes du dossier des Halles St Louis.

Plus grave, si l’on se penche sur les autorisations d’extensions et de créations de surfaces commerciales accordées lors de cette année écoulée, on ne peut que constater avec effarement que Brest Métropole a créé 44000 m2 de surfaces nouvelles* en périphérie de Brest. Cela représente plus de 4 hypermarchés Leclerc Kergaradec !

Nous, élus Rassemblement Pour Brest, exigeons rapidement une réorientation de cette politique au profit du commerce de proximité, une mise en place de périodes de gratuité concernant le stationnement et les transports en commun, la création de parkings à post-paiement, une facilitation des accès au cœur de ville, l’égale application des règlements d’urbanisme ainsi qu’une mise en place d’une véritable politique axée sur la croissance et le maintien des emplois.

Ces mesures concrètes fonctionnent dans d’autres villes, pourquoi pas à Brest ?

Sinon, nous sommes tous en droit de nous demander si la tenue de ces assises du commerce ne se résumera pas à la pose de quelques emplâtres placebos sur un commerce malade dont les socialistes brestois, par ignorance sans doute, accélèrent la disparition jour après jour.

*

14/02/2014 Castorama 2300 m2 bricolage/jardin/déco

15/06/2014 Villaverde 1965 m2 jardinerie

11/09/2014 Leroy Marlin 17.000 m2 bricolage/jardin/déco

24/11/2014 Bricojardin 3.999 m2 bricolage/jardin/déco

24/11/2014 Lidl 1.274 m2 alimentaire

24/11/2014 Leclerc Drive 890 m2 alimentaire

21/01/2015 Badbouille 997 m2 puériculture

21/01/2015 Leclerc Drive 1.026 m2 alimentaire

21/04/2015 Brico Dépôt 7.080 m2 bricolage/jardin/déco

21/04/2015 (transfert Brico Dépôt) 6.000 m2 non affecté

21/04/2015 Phare Europe 1.664 m2 non affecté

TOTAL………………………… 44.195 m2

 

 

Tribune des élus du Rassemblement pour Brest parue dans Sillage Juin 2015