Le Rassemblement pour Brest réagit aux propos de M.Masson sur le coût des transports à Brest.

Dans un  élan de lucidité que l’on souhaiterait plus fréquent et surtout plus précoce,  M. Alain Masson, vice-président de Brest métropole, reconnait que « dans le contexte actuel, on ne peut plus – personne ne peut plus –  construire des trams à 25 millions d’euros le kilomètre ».

Comme le rappelle d’ailleurs le Rapport de la Chambre régionale des comptes de Bretagne sur la gestion de Brest Métropole (exercices 2010/2013) le coût au kilomètre  du tramway  sur fer à Brest, a été de 25,3 millions d’euros (les autres projets nationaux s’échelonnant de 13 à 22 millions HT d’euros/km – valeur 2010).

A titre de comparaison toujours selon ce même rapport de la Chambre régionale  des comptes, « la réalisation d’une ligne de bus à haut niveau de service, à savoir en site propre, s’échelonne de 2 à 10 millions d’euros HT ».

 Au regard des perspectives financières inquiétantes  qui la guette, Brest métropole,  plus encore que beaucoup d’autres  agglomérations, ne peut plus se permettre de genre d’investissement.

On donnerait donc  raison à M. Masson  dans ses propos  sur la nécessité d’une véritable modération des coûts de transport au kilomètre  si dans le même temps, il ne s’apprêtait à engager notre collectivité sur un projet  de transport par câble, le téléphérique.

Certes  il ne s’étendra que sur 450 mètres, à une montée à 60 mètres,  mais il se payera  au prix fort à Brest en termes de coût au kilomètre : 38 millions d’euros !

Lucidité d’un côté… aveuglement de l’autre !

 presse-23-06-tram-bas-cout juin 24 RPB Coûts des transports au kilomètre : M. Masson entre lucidité et aveuglement

Communiqué transmis au Ouest France mercredi 24 juin 2015