20 ans après ce qu’il est convenu d’appeler une erreur urbanistique et commerciale, – imputable aux socialistes -, la presse nous apprend que Brest métropole lancerait une réflexion sur une refonte de la place de la Liberté.

Ce constat d’échec était prévisible et inhérent à la conception même du lieu : une place encaissée, dépourvue de verdure mais faisant la part belle au minéral. Pas d’espaces conviviaux pour les Brestois et les familles. Des commerces qui tournent le dos à la place.

Les concepteurs en 1994, affichaient une ambition, celle d’un espace théâtral qui, selon l’architecte, devait être un « lieu de mise en scène toujours changeante pour les habitants, mais d’une scénographie fixe pour la ville. »

20 ans après, hormis quelques fêtes et animations municipales, le « théâtre Liberté » est vide. Les « spectateurs », c’est-à-dire les Brestois, ne se sont guère appropriés ce lieu, quant aux « acteurs » (petits trafiquants et autres) ils y ont trouvé la scène nécessaire à l’expression de leurs « talents ». Ceci crée un sentiment d’insécurité qui fait fuir les Brestois.

Loin d’avoir créé du lien social et de jouer un rôle de cœur de ville, la place accentue la fracture entre Siam et Jaurès en un espace morcelé, sans cohérence d’ensemble.

Les contraintes urbanistiques désormais profondes, alliées aux restrictions budgétaires, ne permettront sans doute de n’agir qu’à la marge.

Les élus du Rassemblement pour Brest demandent à être associés à la réflexion et à l’approbation du cahier des charges dans lesquels devront s’inscrire les propositions des cabinets d’études. Notre objectif : rendre la place accueillante   aux Brestois et aux familles, mais hostile aux trafiquants.

communiqué des élus Rassemblement pour Brest transmis à la presse ce 30/09/2015