Education

Véronique BOURBIGOT dénonce la baisse de l’encadrement en écoles maternelles

Véronique BOURBIGOT, conseillère municipale  et départementale de Brest, élue du Rassemblement pour Brest, est intervenue lors du Conseil municipal du 1er octobre 2015,  pour  dénoncer les mesures mises en place par l’équipe Cuillandre à la rentrée 2015/2016. Celles-ci affecteront directement l’encadrement au sein des écoles maternelles de Brest, par le non-remplacement des Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM).

Après une baisse des dotations budgétaires des écoles de – 13 % au second trimestre 2015, c’est  désormais  l’encadrement des élèves des maternelles par les ATSEM,  que la municipalité vient de fragiliser lors de cette rentrée 2015/2016.  Pourtant ces personnels, dont la qualité du service est largement reconnue, jouent un rôle indéniable auprès des enfants et des enseignants.

Dès cet été,  Véronique BOURBIGOT, alertée par des parents d’élèves, des équipes pédagogiques et des ATSEM avait interpellé la municipalité.  Deux courriers ont été adressés au maire,  les 20 août et 16 septembre 2015….. Silence total… durant 41 jours ( lire intervention ci-dessous) !

La position  de la municipalité a finalement été connue, après ces 41 jours de mutisme,  par la voix de l’adjoint chargé de l’enfance et de l’éducation, en conseil municipal du 1er octobre.

Pour cette équipe Cuillandre la voie choisie, c’est celle du nivellement par le bas ! Le fait que d’autres villes  fasse moins bien pour l’encadrement de ces jeunes enfants en maternelle justifie désormais  la détérioration de la qualité de service à Brest.

Pour les élus du Rassemblement pour Brest, cette nouvelle posture n’est pas acceptable  s’agissant de la politique  en direction de l’enfance et de la sécurité à l’intérieur des établissements scolaires brestois.

Ils rappellent  leur  vision exprimée à de nombreuses reprises depuis les municipales de 2014  :  »  la nécessaire maitrise de nos finances publiques ne peut se faire au détriment du secteur de la petite enfance ou de nos concitoyens les plus fragiles. »

Intervention de Véronique BOURBIGOT,

au conseil municipal de Brest  du 1er octobre 2015

vero« Monsieur le Maire,

Je profite du fait que nous traitions de la petite enfance pour intervenir sur le sujet de la politique municipale dans les écoles de la ville. Je vous ai fait parvenir deux courriers (les 20 août et 16 septembre derniers) pour vous alerter à ce sujet.

41 jours de silence, jusqu‘à ce 1er octobre. Où, votre adjoint à l’éducation et à l’enfance pensant, à juste titre, que j’allais vous interroger, m’a fait parvenir dans la précipitation, aujourd’hui à 15h10 par courrier déposé par un chauffeur la réponse de la municipalité.

Dois-je y voir un rapport avec la tenue de ce conseil municipal ? Je le pense.

Les réponses que vous nous apportez, ne sont pas satisfaisantes.

Les élus du Rassemblement pour Brest ont maintes fois rappelé que la nécessaire maitrise de nos finances publiques ne peut se faire au détriment du secteur de la petite enfance ou de nos concitoyens les plus fragiles.

Lorsque vous tentez de faire quelques économies budgétaires, vous le faites précisément sur des secteurs où elle ne devrait pas s’opérer. C’est le cas de la petite enfance.

Premièrement, sur le plan budgétaire :

C’est sans information municipale ni concertation préalable, que les responsables d’école ont découvert une baisse de leurs dotations de l’ordre de 13%.

Ils l’ont appris par un simple courrier au retour des vacances de Pâques.

Certains d’entre eux signalent l’absence de réunion entre la municipalité et la direction des écoles depuis 2013. Cette manière d’appréhender le dialogue est pour le moins particulière.

Deuxièmement, sur l’encadrement scolaire :

Nous avions des informations, dès juin dernier, selon lesquelles la ville modifiait les règles, s’agissant du non-remplacement des ATSEM dans les écoles maternelles de la ville. Vous confirmez tout cela.

Ces personnels ATSEM, dont la qualité du service est largement reconnue, jouent un rôle indéniable auprès de nos enfants et des enseignants.

Vous confirmez que la ville ne procédera plus au remplacement des ATSEM le mercredi matin.

Vous confirmez le non-remplacement des absences de moins de 8 jours en grande section de maternelle.

Nous persistons à penser que cela va entraîner une modification profonde du fonctionnement de la classe et des ateliers, des problèmes de logistique à la récréation, pendant la pause méridienne, pendant les TAP… ou encore, engendrer des complications dans les protocoles de propreté en petite section.

Cette modification n’est comprise ni par les enseignants, ni par les parents d’élèves, ni par les ATSEM eux-mêmes !

Vos règles applicables dans les classes mixtes moyennes / grandes sections créent une distorsion par rapport aux classes de grandes sections uniquement.

Notre groupe considère que ces dispositions sont particulièrement préjudiciables au bon fonctionnement général de nos établissements et à l’intérêt des jeunes élèves. »