Finances

Finances : Brest métropole en panne d’orientations budgétaires

Chaque année,  les conseils de décembre sont traditionnellement l’occasion d’examiner les orientations budgétaires des collectivités locales pour l’année suivante,  avant le vote des budgets qui doivent   intervenir au plus tard pour le 31 mars.

Pour la première fois,  les élus  de Brest métropole,   réunis en conseil le 13 décembre 2015 ( ce sera également le cas en conseil municipal de Brest le 17 décembre),  ont été privé de cet exercice pourtant essentiel au bon fonctionnement de la démocratie local.

Bernadette MALGORN, présidente des élus du Rassemblement pour Brest a fustigé l’incapacité de l’équipe Cuillandre de livrer la moindre analyse ou perspective financière pour Brest Métropole à quelques  jours de 2016.

Constat préoccupant   sur une gestion socialiste, qui ne cesse d’endetter Brest métropole et repousse  l’échéance des  débats sur les orientations budgétaires 2016….

 

Intervention de Bernadette MALGORN en conseil de la Métropole du 13 décembre 2015

 

 » Monsieur le Président,

Il y a un an, c‘était le 12 décembre 2014, nous débattions dans cette enceinte des orientations budgétaires pour  Brest Métropole pour l’année 2015.

Des orientations budgétaires qui confirmaient la gravité d’une situation financière que vous qualifiiez vous-même comme « sous tension ».

C’est ce que nous n’avions cessé de dénoncer et que vous finissiez par admettre, une fois les élections municipales passées, et encore, du bout des lèvres :

  • une fiscalité, notamment celle des ménages, bien supérieure à l’inflation réelle,
  • une baisse rapide des capacités de remboursement d’une dette que vos propres rapports situent en zone orange, et son corollaire la baisse de nos capacités d’investissement,
  • des charges que vous ne parvenez pas à maîtriser, amplifiant les risques d’une aggravation de la situation financière dans les trois années qui viennent.

Nous voici donc, un an plus tard et, point de débat sur les orientations budgétaires 2016 pour notre collectivité. Certes, la loi ne vous oblige à tenir ce DOB que deux mois avant le vote du budget,  lequel  devra, lui, intervenir obligatoirement pour le 31 mars 2016.

  • Faut-il y voir le signe de votre incapacité à faire des choix et nous les présenter ? Des choix qui ne peuvent être que drastiques si nous voulons recouvrer quelques marges de manœuvres ?
  • Ou faut-il y voir le télescopage avec des échéances électorales en évitant soigneusement les mauvaises nouvelles ? On n’est jamais assez prudent !
  • Faut-il y voir une responsabilité du gouvernement, lui-même englué dans des déficits toujours supérieurs à ses prévisions, englué aussi dans d’incessants allers-retours avec sa propre majorité socialiste à l’assemblée nationale sur la réforme de la dotation globale de fonctionnement ?
  • Vous trouverez-vous une excuse dans les atermoiements de vos amis  qui ne vous auraient transmis les informations utiles que trop tardivement ?
  • Apparemment cela n’a pas empêché certaines communes voisines, et de vos amis, n’est-ce pas ?, de procéder à l’exercice en ce mois de décembre. Pour ne prendre qu’un exemple, au Relecq-Kerhuon, le débat a eu lieu avant-hier.
  • Pourquoi ce qui a été possible les 10, 9, 14, 13, 12 décembre de 2010 à 2014 ne le serait plus en 2015 ?

Y aurait-il anguille sous roche ? « 

 

 

A suivre  :  Où est la démocratie locale ?