Brestois d’origine et résistant de la première heure, Yves GUENA s’est éteint à Paris ce jeudi 3 mars. Quittant sa Bretagne natale au lendemain de l’appel du Général De Gaulle, il rejoint le fondateur de la France pour poursuivre le combat jusqu’à la victoire.

Major de sa section dans la 1ère promotion (1946-1947) de l’ENA baptisé « La France combattante », Son destin est tracé. Ce gaulliste de la première heure sera au service de la France, devenant un des plus grands serviteurs de l’Etat.

Député de la Dordogne de 1962 à 1981 et de 1986 à 1988, il est également maire de Périgueux de 1971 à 1997. Il exerce plusieurs fonctions ministérielles entre 1967 et 1974 et écrit dans ces mémoires qu’« Au temps du Général, il fallait être ministre. Quel regret c’eût été pour moi, non pas de manquer le vain éclat de ce rang éphémère et de ce titre viager, mais de ne pas participer au gouvernement de la France sous de Gaulle »,
Tout au long de sa carrière d’élu local, de parlementaire, de ministre du Général de Gaulle et de Georges Pompidou ou comme président du Conseil constitutionnel, il n’a cessé de poursuivre cette « certaine idée de la France » qui avait bercé son idéal de jeunesse.

Bernadette MALGORN qui a côtoyé Yves GUENA à de nombreuses reprises salue la mémoire de ce grand Homme d’Etat qui fait honneur également à l’engagement de ces jeunes brestois qui surent choisir l’intérêt de la Patrie avant le leur.

Elle souhaite que Brest honore la mémoire d’Yves GUENA en donnant le nom d’une de nos rues à cet illustre brestois.