La sécurité des écoles brestoises : la priorité de Véronique BOURBIGOT

Publié le Publié dans Education, Interventions et communiqués

Véronique BOURBIGOT, conseillère municipale de Brest et conseillère départementale, milite inlassablement depuis  2014 pour l’amélioration des conditions de vie scolaire dans les établissements brestois.

A l’occasion du conseil municipal du 22 mars 2016 elle est intervenue sur le projet de regroupement des écoles  Lyon (école maternelle) et Algésiras (élémentaire). Deux écoles  dont elle connaît parfaitement   la situation fortement dégradée, puisqu’elle siège en qualité d’élue municipale  au sein des deux  conseils d’établissement. Mais le projet actuel de regroupement des écoles Lyon et Algésiras méritent encore du travail et surtout des éclaircissements.

Véronique BOURBIGOT  est également  revenue,  de façon plus large, sur la sécurité des accès et des abords des écoles maternelles et primaires placées  sous la responsabilité de la ville de Brest.

Pour l’élue du Rassemblement pour Brest, il est enfin temps d’engager l’audit général de la sécurité des écoles brestoises qu’elle réclame depuis juillet 2014 et qui n’a toujours pas été suivi d’effets par la municipalité Cuillandre.

« Monsieur le Maire, chers collègues,

Je pourrais commencer mon propos en disant : « ENFIN, le regroupement des écoles Lyon et Algésiras ! ».

Vous comprendrez donc que le groupe Rassemblement pour Brest se satisfait de la mise en route de ce programme alors même que les deux établissements atteignent un niveau de décrépitude élevé voire même d’insalubrité pour l’école Lyon, situation inacceptable, d’autant plus pour des lieux accueillant de jeunes enfants.

J’ai donc parcouru avec intérêt le dossier de maîtrise d’œuvre pour la reconstruction du groupe scolaire et j’ai été très surprise de constater que la délibération dont nous examinons aujourd’hui diffère singulièrement tant du dossier de maîtrise d’ouvrage sur des points essentiels.

Tout d’abord, concernant l’estimation du coût du projet, le document nous annonce 1 977 500 € alors que la délibération indique 2 492 000 €. Bien sûr, il s’agit d’estimation mais le delta de 514 500 € est quand même énorme!

Ensuite, sur le nombre de classes, l’école Lyon a actuellement 3 classes de maternelles et Algésiras 5 classes de primaires.

Or, la délibération nous indique un projet pour 10 classes (4 maternelles et 6 élémentaires) et le dossier de maîtrise 13 classes (5 maternelles et 8 primaires).

Que faut-il croire la délibération ou le dossier  de maîtrise d’ouvrage ?  Nous sommes sur quelle  logique?

Enfin, je déplore n’avoir trouvé dans le programme technique aucun changement pour la cour actuelle de l’école Algésiras au niveau sécurité.

Grillages et portail sont certes aux normes et l’équipe pédagogique et les ATSEM en charge de la surveillance sont particulièrement vigilants. Mais un enfant peut malgré cela aisément passer par-dessus la clôture.

Le conseil d’école et les parents d’élèves ont signalé ces problèmes depuis plusieurs mois maintenant.

Je profite d’ailleurs de cette délibération pour revenir  sur  une de mes propositions formulée par courrier (les 29 juillet 2014 et 3 juin 2015) qui n’a jamais reçu de réponses de votre part.

La sécurité des enfants est une exigence absolue et les écoles brestoises doivent être des lieux «  sanctuarisés ». Notre collectivité doit en assurer les conditions optimales pour la protection des enfants confiés par leurs familles.

 J’ai  donc réclamé  des mesures générales  et des travaux de sécurisation lorsque les équipements étaient notoirement insuffisants.   Pour ce faire, j’ai demandé  un audit général sur l’ensemble des établissements scolaires de la Ville de Brest (maternelles et primaires) afin d’en  sécuriser les accès  comme les abords.

Aujourd’hui je réitère ma  demande  de mise en place d’une « commission de sécurité des écoles »  avec  l’adjoint chargé des établissements scolaires mais aussi des élus de la majorité et de l’opposition pour faire le tour de  l’ensemble des établissements afin d’établir ce diagnostic, de vérifier sur place, d’écouter les personnels  et les parents d’élèves  et de faire les  préconisations nécessaires.

Sur ce point précis j’attends votre réponse.

Pour en revenir à cette délibération sur le regroupement Lyon-Algésiras, le groupe du Rassemblement pour Brest y est favorable mais il nous faut désormais des précisions claires sur les points que je viens d’évoquer. »