Interventions et communiqués

M. Hollande ne connait pas Brest : que fait M. Cuillandre ?

hollande mosquée suna brest

Ce jeudi 14 avril, François HOLLANDE  affirmait, dans l’émission « Dialogues citoyen » que la mosquée Sunna, située dans le quartier brestois de Pontanézen avait été fermé. Les élus du Rassemblement pour Brest s’interrogent quant aux sources des informations reçues par le Président.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité du communiqué :

« Hollande a déclaré que la mosquée  salafiste de Brest était fermée.

Qui renseigne M. Hollande  sur la réalité brestoise ?

– M. Cuillandre s’est vanté d’avoir les numéros de téléphone des plus hautes autorités de l’Etat.  A-t-il informé le Président de la République sur ce qui se passe dans notre ville ?

– M. Valls, premier ministre, plusieurs fois invité par le maire de Brest, n’était-il venu que pour y faire du tourisme et ou participer à des opérations pré-électorales ?

Non la mosquée de Pontanézen n‘est pas fermée.

Les collectivités et organismes présidés par M. Cuillandre ont même délivré les autorisations  et facilité  l’extension  de cette mosquée.

Les interventions et les démarches de Bernadette Malgorn et des élus du Rassemblement pour Brest en conseil municipal, en conseil de la métropole  ou auprès des autorités pour les alerter ont été nombreuses.

  • En conseils :  les 2 avril,  11 juin 2015  et 1er octobre  2015.
  • Par courriers aux autorités : les 26 mai, 12 juin, 10 juillet, 13 octobre et 17 novembre 2015.

Les réponses apportées ont été  au mieux des constats d’impuissance si ce n’est de complaisance.

Nous avons toujours affiché notre attachement  à la liberté des cultes dans le cadre de la laïcité. Mais il est du devoir de toutes les autorités  responsables de lutter contre le radicalisme, ferment du djihadisme.

Que la bourde du Président provoque le choc nécessaire à la prise au sérieux de la situation brestoise. »

Publié dans le OUest France du 16 avril 2016
Publié dans le Ouest France du 16 avril 2016
Publié dans le Télégramme du 16 avril 2016
Publié dans le Télégramme du 16 avril 2016