Le Restic : l’équipe Cuillandre ne respecte plus ses propres règles d’urbanisme

Publié le Publié dans Elections municipales de 2014, Urbanisme et environnement

La tenue du Conseil de Brest métropole du 29 avril a permis à Bernadette MALGORN, présidente du Rassemblement pour Brest, de revenir  sur le  caractère incohérent du projet  de l’équipe Cuillandre de liaison routière, entre la RD 205 et la RD 112 traversant la Vallée du Restic.

Lors de la campagne de 2014, Bernadette MALGORN avait  dénoncé ce projet  inadapté  sur le plan technique et urbanistique et attentatoire à l’environnement.

FOTO RESTIC

 » Le tribunal administratif de Rennes a donc annulé  il y a quelques semaines la Déclaration d’utilité publique (DUP)  de cette  voie de liaison Kergaradec / Le Spernot passant par la Vallée du Restic, en la dénaturant.

Vous n’aviez pas respecté des règles d’urbanisme pourtant mises en place par vous-même En effet, le motif retenu par le Tribunal Administratif est l’incompatibilité de la DUP (Déclaration d’utilité publique)  avec le POS ( plan d’occupation des sol)  approuvé en 1995.

Ce POS  qui devait  en effet être considéré comme le document d’urbanisme en vigueur au moment de l’adoption de la DUP du fait de  l’annulation totale du PLU ( Plan local d’urbanisme) de 2009 de Brest Métropole Océance par le Tribunal administratif  dans son jugement de  2012.

Voilà pourquoi, nous avons toujours voté contre les délibérations allant dans le sens de dénaturation de la Vallée du Restic, comme par exemple en 2015, lorsque   vous avez lancé des procédures d’acquisition de parcelles de terrain dans le secteur Nord-Lambézellec (Restic et Petit Kervao)  pour cette liaison entre la RD 205 et la RD 112.

Cette urbanisation des secteurs au Nord de Lambézellec a été, dès l’origine, mal pensée. Nous l’avions dit, nous le disons encore. Le passage par le Restic n’était pas  la bonne solution pour assurer l’écoulement du trafic au nord de l’agglomération.  Il n’est qu’à voir   ces nouveaux lotissements   où devant chaque maison  il y a  une  ou deux voitures voire plus

Il fallait anticiper l’accroissement du trafic routier qui résulte de cette urbanisation mal ordonnée. Vous ne l’avez pas fait  cela est regrettable  mais  il n’est sans doute pas trop tard pour trouver de nouvelles solutions et ne pas relancer  un projet dépassé  et qui ne satisfait personne.

Au-delà, ce sont bon nombre de vos décisions et vos projets d’aménagement et d’urbanisme qui sont critiquables : la multiplication de zones d’habitat, l’étalement urbain avec ses conséquences  multiples (logements vides, grignotage  de terres agricoles, destruction de zones humides et d’écosystèmes). Tout cela est contraire au bon équilibre de l’agglomération.

Sur le dernier mandat vous avez ouvert près de 100 hectares à l’urbanisation, vous en avez ouverts 25  hectares supplémentaires à l’urbanisation, sur huit zones,  reposant sur des diagnostics dépassés (PADD – Plan d’aménagement et  de développement durable) :

  • Dépassés car vous ignorez le diagnostic inquiétant qui ressort des travaux de mise à jour du SCoT  (Schéma de cohérence territoriale) dans le Pays de Brest, notamment concernant les flux de populations qui continuent, au bilan, de vider la partie la plus urbaine de la métropole d’une part non négligeable de la classe moyenne.
  • Dépassés encore car vous négligez l’appauvrissement réel du cœur de la cité et de son commerce.  Vous négligez encore  le vieillissement inexorable de la population et sa diminution régulière qui s’étend petit à petit à l’ensemble du Pays de Brest. Vous ignorez enfin les milliers de logements vacants, le marché de l’immobilier qui stagne à un niveau très bas, bon dernier de la classe des grandes métropoles.

Vous poursuivez pourtant sur 1300 logements neufs par an alors  que vous peinez à en réaliser la moitié et que des milliers de logements sont vides

Vous vous engagez encore aujourd’hui dans de nouvelles urbanisations certaines sont à vocation économique comme au Spernot,  pourquoi pas.  Mais il faut  regarder de près les flux futurs.

D’autres sont à vocation d’habitat comme au Rody à Guipavas.  On parle de 1500 logements à terme.

C’est  sans doute le recyclage  du   Village Olympique  et là  je redis : Attention  à la Vallée du Costour  ! Ne vous engagez dans un désastreux  Restic 2, avec des actions néfastes sur l’environnement. «