Urbanisme et environnementVu dans la presse

INCOHERENCES…..

Tribune des élus du Rassemblement pour Brest –   SILLAGE  – Mai 2016 – n°189

 

INCOHERENCES…..

Le niveau de population à Brest, selon l’INSEE à 139 396 habitants, ramène notre ville 50 ans en arrière. Ce seuil d’alerte est inquiétant, mais visiblement pas pour les socialistes.

Pourtant, le décalage est grand entre la réalité socio-économique de notre territoire et leur politique d’urbanisme et d’habitat. Cette incohérence les conduit à ne pas respecter des règles qu’ils ont eux-mêmes établies.

Incohérence pour l’habitat

Au cours du colloque « Questions d’habitat », l’an dernier, il y eut beaucoup de questions sur la politique de l’habitat à Brest. Mais aucune réponse de l’équipe Cuillandre qui multiplie les nouvelles zones d’urbanisation.

Comme la population diminue, cela vide les quartiers du centre et même certains bourgs en pâtissent.

Pourquoi cette persistance dans l’incohérence ?

  • l’ouverture de 25 hectares supplémentaires à l’urbanisation, sur huit zones, est fondée sur des diagnostics dépassés ;
  • l’appauvrissement du cœur de la cité est occulté, alors qu’un appui à la réhabilitation des copropriétés ferait revenir les familles ;
  • la rénovation urbaine s’est essoufflée. Pourtant M. Cuillandre qui préside l’Adeupa devrait tenir compte des études de son observatoire de l’habitat: 21% des copropriétés présentent des facteurs de fragilité ;

Pourquoi continuent-ils à programmer 1300 logements/an, alors que près de 8000 sont vides et alors que depuis tant d’années ils peinent à en réaliser la moitié ?

Incohérence pour l’environnement

On se gargarise de plans (agenda 21, plan climat), on prêche l’écologie mais on poursuit un étalement urbain à l’encontre du développement durable. Il se fait au détriment des zones sensibles ou des terres agricoles. Pour accéder aux services de la vie quotidienne, aux emplois qui s’éloignent (selon les chiffres, 2000 emplois sont « partis », mais où ?) les habitants auront besoin de plus de moyens de transport : plus de voitures, plus de transports en commun. Tout cela n’est ni gratuit ni sans conséquences. Il faudra rapprocher des services publics, créer des écoles en fermant celles qui existent. A charge d’une population qui elle n’augmente pas !

Incohérence sanctionnée

Le tribunal administratif de Rennes a annulé la Déclaration d’utilité publique de la voie de liaison Kergaradec/Le Spernot passant par la Vallée du Restic, en la dénaturant. Sur ce dossier, l’équipe Cuillandre n’a pas respecté des règles d’urbanisme pourtant mises en place par elle !

De leur côté, Bernadette MALGORN et son équipe ont dénoncé l’incohérence du projet, fruit d’une urbanisation mal ordonnée. Le passage par le Restic n’était pas la solution à l’écoulement du trafic au nord de l’agglomération.

Pour un urbanisme propice à l’attractivité et à l’emploi.

Face à ces incohérences, nous réclamons un moratoire sur l’ouverture massive de nouvelles zones d’habitat pour plutôt privilégier la rénovation urbaine, la lutte contre l’habitat indigne et l’accompagnement des copropriétés fragilisées. La politique d’urbanisme aussi doit être mise au service de l’attractivité et de l’emploi durable.

 

Vos élus Rassemblement Pour Brest

Bernadette MALGORN, Présidente

Rémi HERVE, Bruno SIFANTUS, Marc BERTHELOT, Brigitte HU,

Véronique BOURBIGOT, Michel CALONNEC, Claudine PERON, Laurent GUILLEVIN, Colette LE GUEN-BOUCHER.

 

Sillage Mai 2016 n°189