Culture, sports et loisirsInterventions et communiqués

Soutenir les gestionnaires d’équipements de quartier

Rémi HERVE, élu du Rassemblement pour Brest est revenu à l’occasion du conseil municipal  du 12 mai 2016,  sur  le sujet important du subventionnement des associations gestionnaires des équipements de quartier.

Pour Rémi HERVE, dans le contexte de contrainte des finances publiques locales,  l’équipe Cuillandre  avait « tenté lors du conseil municipal du 17 décembre dernier d’imposer pour l’année 2016 une baisse de 4% des subventions aux associations d’éducation populaire. Face aux responsables associatifs,  venus à juste titre exprimer leur mécontentement, vous aviez fait marche arrière.

De nouvelles conventions nous ont finalement été proposées lors du conseil municipal du 22 mars. Ces conventions qui entérinent la baisse de 1,8% (au lieu des 4% prévu initialement) sont conditionnées par la mise en œuvre par les associations d’une démarche de rationalisation des méthodes de travail et de mutualisation des moyens.

Une concertation sur ce sujet entre la ville et les associations se déroule depuis plusieurs semaines.

Les associations s’engagent aujourd’hui avec sérieux dans cette démarche.

Notre groupe du Rassemblement pour Brest souhaite aujourd’hui saluer l’esprit de responsabilité et le volontarisme des responsables associatifs. Ceux-ci ont compris les contraintes qui s’imposent au budget de la collectivité et sont prêts à engager leurs structures dans l’effort commun.

Peut-on en dire autant de l’engagement de la ville et des élus de la majorité municipale dans cette concertation ? Il semble que non. La concertation est un échange qui doit aboutir à un consensus sur la base de propositions faites par les différentes parties. Or pour le moment aucune proposition n’est faite par  votre majorité. Pourquoi ce manque d’implication ? Qu’attendez-vous ?

Si votre choix est de ne pas considérer comme une priorité d’accompagner les associations financièrement dans leurs actions. Si votre choix est de ne plus investir dans l’éducation populaire. Vous devez le dire clairement et l’assumer. Les associations ne demandent qu’une chose : continuer leurs missions telles qu’elles les mènent actuellement.

Cette concertation doit être menée efficacement pour arriver promptement à son terme. Les associations ont besoin de connaître de quoi sera fait leur avenir.

Nous rappelons encore l’importance de l’action des associations dans nos quartiers pour l’accès aux loisirs, le développement du lien social et la détection des personnes en situation de fragilité.

Les efforts qui leur seront demandés doivent être mesurés pour ne pas mettre en péril la qualité de leur action. «