C’est en toute discrétion que le projet de multiplexe aux Capucins, voulu par l’équipe Cuillandre, est inscrit à l’ordre du jour de la commission départementale d’aménagement commercial, le 8 juillet prochain.

Pourtant, l’offre cinématographique sur la Métropole est largement pourvue, avec 32 salles, et les données objectives liées à la baisse de la démographie montrent qu’il n’existe pas de marché pour 7 salles supplémentaires.

Le projet multiplexe-Capucins fait surtout peser un risque économique et culturel en déstabilisant en premier lieu les cinémas indépendants (*), dont la programmation est essentiellement dédiée aux films « Art et Essai » et au label «  Jeune Public ».

Avec ce projet, l’équipe Cuillandre porterait à terme la pleine responsabilité d’une concentration de l’offre cinématographique autour des seuls réseaux nationaux, au détriment d’une offre indépendante qui tient une place particulière à Brest dans la diffusion d’un cinéma « moins commercial ».

Alors qui veut tuer le cinéma Art et Essai à Brest ?

 

(*) Les Studios à Brest et l’Image à Plougastel-Daoulas

 

Transmis à la presse le 4 juillet 2016art et essai cinemma brest