Quelle politique du cinéma à Brest ?

Publié le Publié dans Culture, sports et loisirs, Interventions et communiqués, L'actualité du groupe, Véronique Bourbigot

Véronique BOURBIGOT, élue du Rassemblement pour Brest a interpellé la municipalité Cuillandre sur la cohérence de sa politique en matière de cinéma à Brest.

En effet deux délibérations étaient à l’ordre du jour du dernier conseil municipal (5/10/2016), tout d’abord un avenant  financier pour 2016  entre la ville de Brest et la cinémathèque de Bretagne, puis le projet de convention financière avec le cinéma Les Studios pour les années 2016 et 2017.

Pour l’élue municipale et départementale,  » nous ne pourrions qu’y voir une volonté de soutien à la mémoire cinématographique de la Bretagne et au cinéma Art & Essai, si dans le même temps, nous n’assistions pas à  des opérations  contraires à la diversité de l’offre cinématographique à Brest  par des manœuvres  visant à organiser la « chronique d’une mort annoncée »  du cinéma indépendant sur Brest. »

 Véronique  BOURBIGOT  s’est interrogée  » Y-a-t-il une vision claire et construite, basée sur une réflexion  en faveur du cinéma à Brest ou votre  politique n’est-elle faite qu’au «  coup par coup » ?

Sur la cinémathèque

Nous avons soutenu de façon constante la cinémathèque de Bretagne à un moment où celle-ci connaissait de grandes difficultés. Cette structure participe au récolement de notre mémoire contemporaine audiovisuelle et  cinématographique  en Bretagne.

Si notre soutien à la cinémathèque est acquis, il doit s’accompagner d’une expertise fine de l’activité, des moyens mobilisés, des perspectives de développement. Le subventionnement n’est une rente destinée à financer des opérations que nous ne maîtriserions pas

Vous comprendrez qu’il nous faut avoir une visibilité plus large sur  les engagements contractuels et nous assurer toujours que  nous ne finançons pas des opérations que la trésorerie propre de  l’établissement pourrait assurer. »

En l’occurrence, nous nous abstiendrons  sur la délibération ».

Sur les Studios studios-brest 1

 « Vous nous proposez  de soutenir la politique d’enrichissement de l’offre offerte depuis des années par l’équipe « des Studios. Nous acquiesçons à cette proposition de subvention de 60.000 euros, mais que de contradictions.

En effet,  dans le même temps dans le cadre  de l’aménagement du plateau des Capucins vous envisagez d’accroître l’offre cinématographique sur notre agglomération brestoise  par l’implantation d’un nouveau multiplexe, doté de sept salles, lesquelles viendraient s’ajouter au parc existant de 32 salles sur la Métropole (7 au Multiplexe Liberté, 8  au Celtic, 6 aux Studios, 2 à l’Image, 1 à Océanopolis).

 Le montage de l’opération est singulièrement  biaisé  puisque au travers de la création  de  la SPL « les ateliers des Capucins » en janvier 2016,  dont le capital est détenu à 100 % par la Ville et la Métropole, vous êtes  présent sur l’ensemble des opérations de programmation, de réalisation immobilière, de valorisation et commercialisation  des espaces. Vous êtes  d’une certaine manière  « juge et partie ».

Ce dossier a donc  fait l’objet d’une présentation en CDAC, le 8 juillet dernier, votée bien entendu par les élus de la Métropole et du département.

Pourtant, l’offre cinématographique sur la Métropole est largement pourvue, tant en nombre de salles, qu’en qualité d’accueil du public. Les données objectives liées à la baisse de la démographie montrent également qu’il n’existe pas de marché pour sept salles supplémentaires. C’est donc la rentabilité économique du secteur qui en pâtirait et, en premier lieu, le cinéma indépendant d’Art et Essai.

L’implantation de ces nouvelles salles aux Capucins, dont les porteurs envisagent à la fois une programmation Art et Essai et labélisée Jeune Public, porterait inévitablement un préjudice à la fréquentation des deux seuls cinémas indépendants : Les Studios à Brest et l’Image à Plougastel-Daoulas. Ces derniers  font l’essentiel de leur programmation sur ces deux registres.

Les chiffres de 2015 montrent clairement   que sur ces segments, Les Studios  accueillent 45 % de la fréquentation métropolitaine et le Liberté  déjà 48 %.

Il, est clair que ce projet de Multiplexe aux Capucins, contesté par les exploitants du Pays de Brest et qui fait l’objet de 10 recours au niveau national, risque de nous  conduire à terme à une concentration de l’offre cinématographique autour de grands réseaux nationaux, au détriment d’une offre indépendante qui tient une place particulière  dans la diffusion d’un cinéma « moins commercial ». »

Relire également l’article