Une rue Geneviève de Gaulle à Brest

Publié le Publié dans Bernadette Malgorn, Mémoire

Le 15 octobre 2015 et par courrier du  15  mars 2016,  Bernadette MALGORN, présidente du Rassemblement pour Brest,  sollicitait le maire de Brest  pour des dénominations de rues. Elle souhaitait  que  notre ville honore de grandes figures féminines de la Résistance.  Elle écrivait : « Vous connaissez également mon attachement pour la parité et pour la juste reconnaissance de la place  des femmes dans la société et l’histoire de notre ville et notre pays. »  

Elle évoquait ainsi Geneviève de GAULLE-ANTHONIOZ, Irène VALLE, Jeanne BOHEC et Andrée VIROT-PEEL (*), (relire article du 29/03/2016).

A la satisfaction de Bernadette MALGORN, deux de ces propositions ont fait l’objet d’un vote unanime en conseil municipal : Andrée VIROT-PEEL (conseil du 5/10/2016 ) et Geneviève de GAULLE-ANTHONIOZ ( conseil du 11/05/2017).

La présidente du Rassemblement pour Brest attend désormais un vote analogue des élus brestois  venant  honorer la mémoire d’Irène VALLE et Jeanne BOHEC.

Rappelons également la demande de Bernadette MALGORN, pour une rue Yves GUENA (relire article du 4/03/2016). Ce brestois d’origine, résistant de la première heure, fût également ministre du général de GAULLE et de Georges POMPIDOU, avant de devenir président du Conseil constitutionnel.

(*)

  • Geneviève de GAULLE-ANTHONIOZ, résistante-déportée (camp de Ravensbruck), qui fut aussi une militante en faveur des plus pauvres et des exclus, présidente d’ATD Quart Monde France de 1964 à 1998 (décédée le 14 février 2002) ; 
  • Irène VALLE (née Davène), connue en Résistance sous les pseudonymes de  « Claudine » ou « petit oiseau », présidente d’associations patriotiques brestoises et finistériennes (décédée à Brest le 22 mai 2012).
  • Jeanne BOHEC, aide-chimiste à la poudrerie de Brest, embarquée le 18 juin 1940 sur le remorqueur l’Abeille4 en partance pour l’Angleterre, connue en Résistance sous le pseudonyme de la «  plastiqueuse à bicyclettes »  (décédée le 11 janvier 2010) ;
  • Andrée VIROT-PEEL, esthéticienne à Brest, connue en Résistance sous le pseudonyme de l’« Agent Rose » qui sauva 102 soldats et aviateurs et aidé plus de 20 000 autres Alliés, résistante-déportée en 1944 à Buchenwald (décédée à 105 ans le 5 mars 2010). »