Une communication auto-satisfaite ne peut remplacer un bilan contradictoire à mi-mandat.

Publié le Publié dans Bernadette Malgorn, Culture, sports et loisirs, Démocratie locale, Déplacements, Education, Finances, Prises de position, Transports et accessibilité, Urbanisme et environnement, Vu dans la presse

Tribune des élus du Rassemblement pour Brest – Sillage n°202 – Septembre 2017

Une communication auto-satisfaite ne peut remplacer un bilan contradictoire à mi-mandat

2014-2020 : nous sommes à mi-mandat municipal. Il est temps de faire un bilan. Nous souhaitions un débat en conseil municipal.

La réponse du maire : il fera son bilan qu’il présentera à l’automne aux comités consultatifs de quartier. A l’exigence de démocratie, il répond par une communication unilatérale.

Le déficit démocratique a marqué cette première partie de mandat. Vis-à-vis des élus d’opposition, mais aussi des autres acteurs de la vie locale. Aux associations, patronages, acteurs de nos quartiers, on expose des décisions déjà arrêtées. Concertation de façade. Au foyer-logement de St Marc : familles et résidents ont été mis devant le fait accompli. Les propres agents de la collectivité ne sont pas écoutés. Souvenons-nous des conflits avec les Atsem, les agents des bibliothèques ou des piscines. Le dialogue social patine. Les Brestois en font les frais : cette année encore lors du conflit Bibus.

Parlons gestion urbaine. Le maire met au crédit de son bilan le téléphérique, les Capucins et les extensions urbaines. Des dépenses au-dessus de nos moyens, des investissements lourds aussi en frais de fonctionnement alors que les dotations baissaient, ce que chacun savait dès 2012.

Des projets trop importants, sans schéma d’ensemble, ce qui fragilise le centre Siam-Jaurès et obère l’attractivité de la  ville.

La sécurité devient la préoccupation de très nombreux Brestois. Le tramway est régulièrement caillassé. Des véhicules sont incendiés. Des trafiquants prospèrent jusqu’au pied de la Mairie. Des armes circulent dans nos quartiers. L’autorité municipale ne peut continuer à se défausser sur la police nationale. Elle doit assumer sa part de responsabilité et doter la ville d’un plan global de sécurité, d’une police municipale et de la vidéo-protection.

Un bilan doit être confronté à la réalité au moins autant qu’aux promesses.

 

 

Tribune du Rassemblement pour Brest – Sillage n°202 – Septembre 2017