Bernadette MalgornInterventions et communiquésPrises de positionUrbanisme et environnement

Le Rassemblement pour Brest  pour un « Mézard de la réhabilitation »

Photo gratuite: Brest, France, Ciel, Nuages, Ville - Image gratuite sur Pixabay - 166708

Rassemblement pour BrestLe dispositif fiscal dit « Pinel »  qui offre une réduction d’impôts sur le revenu  pouvant aller jusqu’à 21 % du prix d’achat d’un bien immobilier neuf (à condition qu’il soit loué pendant au moins six ans à des personnes aux revenus modestes) devait prendre fin au 31 décembre 2017.

 Le dispositif de sortie pourrait exclure Brest et sa métropole en raison de son classement en zone B2. Il s’agit des communes de plus de 50.000 habitants qui ne souffriraient pas d’une réelle pénurie de logements, à la fois par les volumes mais aussi par le prix, avec des loyers souvent inférieurs au plafond Pinel.

 La fin du Pinel, qui a soutenu la création de logements neufs pourrait entraîner une baisse significative du nombre de constructions neuves dans les années à venir. Pour les professionnels du bâtiment, cette perspective  constitue  une inquiétude légitime pour la vitalité économique du secteur. Le Rassemblement pour Brest estime nécessaire de soutenir l’activité du bâtiment.

Les études de l’Adeupa ont montré que  près de 22 % des copropriétés brestoises sont aujourd’hui en état de fragilité. C’est à la rénovation que doivent aller prioritairement sur Brest les aides à l’immobilier.

 A cette fin il serait utile de déverrouiller le dispositif actuel très restrictif  dans son « volet rénovation » car limité au bâti ne correspondant pas aux critères d’un logement décent, pour s’orienter  vers un « Mézard de la réhabilitation» en ciblant les dispositions fiscales incitatives pour  permettre de rénover le bâti ancien, de le mettre aux normes  et le rendre attractif pour les familles. Ce nouveau dispositif pourrait également intervenir en cas de modification des copropriétés par l’installation d’ascenseurs ou  élévations des immeubles.

Au nom du groupe Rassemblement pour Brest, Bernadette MALGORN, a écrit en ce sens aux trois députés de la métropole qui ont souhaité amender le dispositif gouvernemental.

transmis à la presse le 13/11/2017