Bernadette MalgornMémoirePrises de position

« Je dirai malgré tout que cette vie fut belle », hommage à Jean d’Ormesson

« Je dirai malgré tout que cette vie fut belle », tel était le titre du dernier roman de Jean d’Ormesson, un roman autobiographique, sincère et sans concessions, paru  l’an dernier. Jean d’Ormesson  s’est éteint  à 92 ans,  d’une crise cardiaque, dans la nuit du 4 au 5 décembre.

 «Il a toujours dit qu’il partirait sans avoir tout dit et c’est aujourd’hui. Il nous laisse de merveilleux livres», c’est ainsi qu’Héloïse d’Ormesson, a annoncé le décès de son père (Afp). 

Diplômé de Normale Sup, agrégé de philosophie, Jean d’Ormesson déclarait être venu à la littérature « pour plaire à une fille », avec son premier roman en 1956 « l’amour est un plaisir ». Le succès ne fut pas au rendez-vous ni avec l’amour pour cette jeune femme,  quant à ses premiers romans ils ne trouveront pas l’écho espéré auprès du grand public.

 Mais avec  «Au revoir et merci », publié en 1966,  le succès littéraire ne quittera plus  Jean d’Ormesson.  « La Gloire de l’Empire » (1971)  le consacre grand prix de l’Académie Française, cette institution qui l’invite à siéger parmi les Immortels dès 1974.  Il est élu (18/10/1973)  au 12e  fauteuil,  celui de Jules Romains. Il en est alors le plus jeune Immortel.

La même année,  il est nommé directeur au Figaro en 1974.

Jean d’Ormesson était sans doute l’écrivain le plus populaire et le plus aimé de tous, y compris de ceux qui ne lisent pas ou peu. L’écrivain « dit de droite » qui s’engageait  pour ses idées (il avait soutenu Nicolas Sarkozy) était respecté de tous et de tout horizon politique.

Auteur d’une quarantaine d’ouvrages, les titres de ses livres  font partie de notre patrimoine littéraire et de notre quotidien : « La Gloire de l’Empire », « Au plaisir de Dieu », « Dieu sa vie son œuvre », « Mon dernier rêve sera pour vous », « Histoire du Juif errant », « La Douane de mer », « Le rapport Gabriel »,  « Voyez comme on danse », « Un jour je partirai sans avoir tout dit »….

En 2014 Jean d’Ormesson  entrait dans la plus prestigieuse des collections des éditions Gallimard  « La Pléiade » qui  réunit les plus grandes œuvres littéraires et philosophiques.

En 2014, Jean d’Ormesson est promu grand-croix de l’ordre national de la Légion d’honneur.

Bernadette  Malgorn et les élus du Rassemblement pour Brest s’associent à la tristesse de la famille  et à l’émotion de la Nation.

 

« Au revoir et merci » M. d’Ormesson