Bruno SifantusCommerceDéplacementsDéveloppement économique et attractivitéEconomieInterventions et communiquésPrises de positionTransports et accessibilitéUrbanisme et environnement

Schéma de cohérence territoriale du Pays de Brest (SCoT) : de nombreuses insuffisances

Le projet de révision du Schéma de cohérence territoriale (SCoT)  du Pays de Brest  était soumis le 30 mars à l’approbation des élus de Brest Métropole. Les élus Rassemblement pour Brest se sont abstenus sur ce projet  qui reste en l’état largement insuffisant par rapport aux enjeux  et à aux besoins concrets de la Métropole et du Pays de Brest.

Pour Bruno SIFANTUS, élu Rassemblement pour Brest, « il nous faut souligner tout d’abord la qualité du travail d’analyse approfondie de la réalité et du potentiel du territoire couvert par le pays de Brest, qui a été à la base des documents qui constituent le SCoT révisé. Ceux-ci proposent une approche un peu plus raisonnable de l’aménagement et du développement du territoire, notamment en matière d’habitat, ou de préservation des espaces agricoles sur lesquels repose un pilier essentiel de l’économie locale. Un domaine économique d’autant plus sensible qu’il est aujourd’hui fortement menacé par la concurrence internationale, dont nous pouvons observer chaque jour les effets désastreux pour l’agroalimentaire et l’emploi.

En matière d’immobilier ou de commerce de proximité, l’intention exprimée de focaliser les efforts sur les « centralités », avec une approche plus mesurée de l’extension urbaine, au bénéfice de la rénovation et de l’attractivité commerciale des centres-villes et des centres-bourgs se rapproche de nos positions. La démarche devrait pouvoir bénéficier de soutiens financiers extérieurs, par exemple pour la rénovation thermique du patrimoine immobilier, ou encore en application du tout récent plan de revitalisation des centres des « villes moyennes » qui concerne notamment Morlaix. On peut cependant s’interroger sur le réalisme et l’efficacité à terme de cette orientation quand on regarde la ville de Brest. Le commerce de proximité de centre ville est toujours dans une situation dramatique malgré les annonces et malgré le recrutement d’un Manager. Et ce ne sont pas la politique confiscatoire du stationnement, ou la faible fluidité de la circulation – même hors travaux – qui pourront améliorer la situation…

Par ailleurs, deux thèmes ne sont pas réellement abordés à ce stade :

·         D’une part le désenclavement du Pays de Brest après le report aux calendes grecques de toute ligne ferroviaire à grande vitesse, et les mobilités internes, notamment entre le cœur de la métropole et le reste du Pays. La limitation à 80 km/h sur les routes secondaires rendra encore plus urgentes des orientations plus ambitieuses dans le domaine de la mobilité en zones rurales.

·         Et d’autre part, les énergies marines renouvelables (EMR). Même si la situation est encore au stade des expérimentations en raison d’un coût prohibitif du Kw/h produit au regard du prix actuel de l’électricité, il semble nécessaire de préparer dès maintenant l’empreinte au sol future des ces infrastructures maritimes sur l’ensemble du Pays, sans se contenter des travaux du Polder menés sous l’égide de la Région. Il serait dommage d’avoir port, et – peut-être – industrie, sans que le bilan énergétique local ne puisse pleinement bénéficier de cette énergie complémentaire du futur.

Pour conclure, le SCoT révisé est porteur d’un certain nombre d’orientations positives mais aussi de plusieurs impasses. Il faudra en outre veiller à anticiper énergiquement le vieillissement de la population et prendre en compte le déficit naturel durable entre naissances et décès. Par ailleurs, le SCoT révisé se retrouvera au cœur de la problématique du développement de la métropole vers les limites du Pays de Brest. Il pourrait s’en trouver fragilisé si ce débat n’est pas mené en pleine concertation et en pleine transparence. L’équilibre du Pays entre métropole et ruralité pourrait en pâtir.

Nous nous abstiendrons donc de valider le projet en l’état. »