Lettre à tous les Brestois

LETTRE A TOUS LES BRESTOIS

 

Madame, Monsieur,

Notre ville va mal.
Les logements se vident et la population diminue.
Les activités du port, à l’exception fragile de la réparation navale, se replient.
Le chômage augmente et les commerces ferment les uns après les autres
Les conditions de vie dans beaucoup de quartiers se dégradent

Pendant ce temps les impôts locaux continuent de progresser pour financer des projets inutiles et coûteux comme le téléphérique dont les Brestois ne veulent pas.

Le maire sortant n’a pas vu l’ampleur de la crise qui frappait Brest comme toute l’économie mondiale. Qui frappait toutes les familles. Il n’a pas vu que le port dépendait de l’agro-alimentaire et de l’agriculture bretonne.

Les habitants ne sont pas écoutés quand ils demandent plus de sécurité, de propreté, de facilités de circulation et de stationnement.
Pas davantage lors des consultations publiques concernant l’aménagement urbain.
Ils ne sont pas écoutés lors des concertations de façade organisées pour l’aménagement des rythmes scolaires.

Installé depuis 25 ans, le pouvoir municipal socialiste croit savoir à la place des gens ce qui est bon pour eux.
Mais c’est aux Brestois de payer la facture. Et au bout de deux mandats, le maire sortant a accumulé plus d’un milliard de dettes et de garanties d’emprunt.

Les élections municipales des 23 et 30 mars prochains vous offrent l’occasion de mettre fin à cette domination sans partage et à la spirale du déclin.

J’ai réuni autour de moi des Brestoises et des Brestois engagés dans leur profession, dans leur quartier, dans les associations et représentatifs de toute la diversité de notre ville.
Ce sont des hommes et des femmes libres, soucieux du bien commun, des bénévoles qui ne vivent pas de la politique et qui n’ont d’autre ambition que de se mettre au service de tous les Brestois.

Mes convictions politiques se sont forgées auprès de Philippe Séguin, figure du gaullisme social. Comme lui, « je crois à la liberté, à la dignité et à l’égalité des chances ».
Mon parcours professionnel m’a donné la chance de servir ma région comme préfète de Bretagne. Conseillère régionale depuis 2010, je préside le groupe de la droite et du centre. Je défends avec vigueur les dossiers brestois qu’il s’agisse du port ou du TGV.

Avec mon équipe, je vous propose un autre projet et une autre méthode.
Notre projet donne la priorité à l’emploi. Il nous faut renouer avec l’esprit ouvrier brestois. Notre ville doit retrouver son attractivité avec un centre et des quartiers bien vivants grâce à leurs commerces et à leurs services, où l’on puisse aller et venir en toute sécurité. En ces temps où l’argent se fait rare, élire une femme d’expérience est une garantie contre la gabegie : nous disons Stop à la hausse des impôts.
Notre méthode est celle de l’écoute, de la clarté et de la transparence pour revitaliser une démocratie locale en panne.

Remettons Brest en mouvement.
Avec nous, reprenez votre ville en main.

Bernadette MALGORN

 

>> Sommaire

>> Page suivante