Tranquillité et sécurité : une préoccupation majeure

TRANQUILLITE ET SECURITE : UNE PREOCCUPATION MAJEURE

 

A Brest, on  incendie une mairie de quartier, une école…on défonce un centre social  à la « voiture bélier », on  caillasse les bus, on brûle les voitures… Le trafic de drogue s’enracine… dans les quartiers, mais aussi place de la Liberté, sous les fenêtres du maire…une place désormais connue comme « adresse » d’approvisionnement pour clients réguliers ou de passage. La dégradation de la situation à Brest justifie que des zones de sécurité prioritaires soient créées : nous le demanderons au ministre de l’Intérieur ce qui renforcera la police nationale. Tout au long de son dernier mandat le maire sortant s’est retranché derrière la responsabilité de l’Etat pour commenter au lieu d’agir.

Mais l’action de la police nationale ne peut qu’être confortée par les interventions complémentaires de la municipalité : nous créerons une police municipale et nous mettrons en place une vidéo-protection.

 

POUR UNE POLICE MUNICIPALE

Le maire doit afficher une détermination sans faille et sans complexe pour assurer la sécurité et la tranquillité dans sa ville. La  police municipale, par sa présence sur la voie publique, répond à  un besoin des habitants. Sa présence, au centre ville et dans les quartiers, notamment par des patrouilles pédestres rassure, prévient et dissuade.

La police municipale, au contact direct de la population, des commerçants, des responsables associatifs, peut agir efficacement pour améliorer la tranquillité à l’occasion des fêtes locales. Ses agents qui ont la qualité d’agents de la police judiciaire adjoints peuvent, par exemple, effectuer les dépistages d’alcoolémie ou assurer la sécurité de la circulation. Ils agissent en étroite coordination avec les autres services qui oeuvrent pour votre sécurité.

Comme à Nantes, Rennes ou Lorient….

 

LA VIDEOPROTECTION, UN COMPLEMENT INDISPENSABLE

La mise en place de la vidéoprotection ne fait plus débat dans de multiples villes de France. Elle est strictement règlementée et encadrée dans le respect des libertés individuelles et la garantie de la protection de la vie privée. À Brest, ce système existe d’ailleurs déjà dans certains transports en commun (tramway) et certains bâtiments publics.

Protéger le patrimoine collectif, c’est bien. Protéger les personnes dans l’espace public, c’est encore mieux !

 

ET POUR UN COÛT MINIMUM !

Sur les 3300 agents territoriaux de BMO, plusieurs dizaines partent en retraite chaque année. Un appel au volontariat au sein du personnel, éventuellement complété par des recrutements externes, permettra de constituer ce nouveau service qui n’excèdera pas quelques dizaines d’agents.

Pour financer la vidéo protection, il sera fait appel au Fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD) ; il peut en financer au  moins la moitié.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


>> Page précédente
>> Sommaire
>> Page suivante