EducationInterventions et communiqués

Le Rassemblement pour Brest défend Kérichen

Depuis plusieurs mois, Bernadette MALGORN, présidente des élus du Rassemblement pour Brest, et Véronique BOURBIGOT  rencontrent des parents d’élèves, des représentants syndicaux et les équipes pédagogiques du collège de Kérichen. Ce dialogue a pour but d’entendre  les arguments des premiers concernés  par   le projet de fermeture de l’établissement engagé par le Conseil départemental du Finistère et les autorités académiques.

Convaincus de la nécessité de  maintenir cet établissement dans l’offre scolaire sur Brest, les élus du Rassemblement pour Brest, présentaient en Conseil municipal de Brest, du 17 décembre 2015,  un vœu en faveur du maintien  de l’établissement.

C’est devant un public nombreux et attentif à la position de chaque élu municipal, que Véronique BOURBIGOT a défendu la position du groupe.

Rappelons également que Véronique BOURBIGOT, conseillère départementale, avait déjà défendu le collège en séance du Conseil départemental à Quimper. Les arguments avancés par les élus socialistes au département comme à Brest n’ont qu’un but :  justifier et préparer la fermeture. (Relire aussi)

Au final,  lors du vote, 18 élus ont  soutenu la proposition du Rassemblement pour Brest pour sauver Kérichen

24 ont voté contre dont l’ensemble des socialistes.

Ils ont fait le choix (par la voix d’Alain Masson) de répondre à des logiques d’appareils politiques au détriment des Brestois et  de la communauté  éducative de Kérichen, en soutenant la position de leurs amis socialistes finistériens.

Conseil municipal du 17 décembre 2015

Intervention de Véronique BOURBIGOT, Rassemblement pour Brest

 

veroMonsieur le Maire,

La communauté éducative et les parents d’élèves du collège de Kerichen sont engagés depuis des mois en faveur du maintien de ce collège dans le maillage et l’offre éducative sur notre territoire.

Les autorités académiques et le conseil départemental semblent s’orienter vers une fermeture de cet établissement à la rentrée prochaine.

Cette logique n’est pas la nôtre ni, nous l’espérons, celle de l’ensemble de la municipalité brestoise.

Je souhaiterais dons m’attarder quelques instants sur le cas de Kerichen.

Certes, des discussions sont engagées et je dis bien discussion et non concertation car tout semble indiquer que pour certains, la chose est déjà entendue.

L’examen des chiffres de la population collégienne sur le département, sur Brest et sur le collège en question nécessite de s’interroger et d’avoir une approche globale :

  • Quelles sont les raisons de ces évolutions à la baisse du nombre d’élèves ?
  • Quels sont et quels doivent être les moyens investis pour l’avenir de nos enfants ?
  • Peut-on y remédier ou tout le moins comment répartir différemment l’offre d’enseignement ?

Cela, personne ne le conteste.

Je crois également que personne ne conteste la nécessité d’une nouvelle sectorisation des collèges brestois.

Ceci étant, cette réflexion doit prendre en compte tous les facteurs, et mettre nos collèges sur un même pied d’égalité et de chances. Cette réflexion en tout cas doit refuser la qualité de l’enseignement et le recul dans les conditions d’accueil des élèves à Brest.

Nous le savons tous ici, les établissements du secteur concerné sont situés dans une zone où se cumulent des difficultés sociales et d’intégration. Sans doute là, plus qu’ailleurs, il faut y mettre plus d’humain, plus de doigté, plus de médiation.

Ainsi, le cadre de la discussion autour de ce sujet doit être le plus largement ouvert et les intervenants (personnels, usagers, citoyens, élus) doivent être disponibles pour une réflexion poussée et concertée permettant de déboucher sur une situation pérenne.

Même si la décision relève de l’échelon départemental, le conseil municipal de Brest, ne peut être simple spectateur du démaillage de l’offre scolaire sur notre territoire.

La fermeture d’un établissement scolaire a des conséquences profondes sur la vie sociale, économique, culturelle d’un quartier.

Le groupe Rassemblement Pour Brest a donc déposé un vœu afin que chaque élu de notre assemblée délibérante puisse se prononcer et défendre unanimement l’intégrité de cette cité scolaire, ancrée dans l’histoire brestoise et bien connue sous le diminutif de Kerich’.

Pour éclairer l’ensemble de l’assemblée et le public, je tiens donc à donner le terme de notre vœu.

Je vous remercie.

 

VŒU

Présenté par le groupe des élus du Rassemblement pour Brest

 

Le Conseil municipal de Brest réuni dans sa séance du 17 décembre 2015,

1 / considérant d’une part que :

  • Le collège de Kérichen fait partie d’un ensemble cohérent qui permet d’effectuer l’ensemble d’une scolarité dans un même secteur de l‘agglomération, avec un dispositif pédagogique allant de la maternelle au lycée (classique, technique et professionnel) et également en formation post-bac  ;
  • La cité scolaire de Kérichen par sa localisation s’insère dans une zone d’habitat tant collectif (privé et public) que pavillonnaire à la confluence  des quartiers de Montaigne-Kérichen, Kérinou et Pontanézen. Elle répond aux critères définis par le décret du 15/07/2014 et de la circulaire du 07/01/2015 qui posent notamment la mixité sociale  comme objectif prioritaire des politiques publiques en matière d’éducation ;
  • La sociologie de ces quartiers présente une grande variété de catégories socio-culturelles et socio-professionnelles et nécessite de conforter le collège de Kérichen qui, jusqu’à un passé récent, faisait partie du Réseau d’éducation prioritaire ;
  • La fermeture du collège de Kérichen aurait des incidences profondes sur la vie des quartiers concernés tels que mis en évidence par différentes études (OCDE), en termes d’impact négatifs sur l’activité, le prix du foncier, le commerce de proximité… ;

2 / constatant par ailleurs que :

  • La fermeture envisagée par le conseil départemental et l’inspection académique du Finistère aurait des conséquences sur la qualité du dispositif éducatif sur ce territoire avec une obligation de répartition des 280 élèves scolarisés sur l’établissement  ;
  • les collèges environnants (Anna Marly et Iroise) sont, selon l’observatoire de la vie collégienne, à la limite de leur capacité optimale ;
  • Le collège de Pen Ar Chleuz, seul en mesure dès lors  d’accueillir la majorité des élèves issus des secteurs Montaigne-Kérichen, Kérinou et Pontanézen, verrait sa population scolaire croître dans des proportions en contradiction avec l’objectif optimum   affiché par le ministère de l’éducation et rappelé par le Conseil départemental du Finistère qui est de 450 élèves par établissement ;
  • Le projet de fermeture du Collège mettrait donc en difficulté les collèges avoisinants et serait contraire aux engagements pris par notre Collectivité dans le cadre de son Contrat de Ville du territoire de Brest métropole 2015/2020.

En conséquence, le Conseil municipal de Brest se prononce contre la fermeture du collège de Kérichen.