Stratégie numérique : « une sorte de Big Brother » à la brestoise ?

Publié le Publié dans Développement économique et attractivité, Interventions et communiqués

Pour Michel CALONNEC, élu Rassemblement pour Brest,  qui intervenait en conseil municipal de Brest le 8 décembre dernier,  la stratégie numérique de l’agglomération, deviendra-t-il « une sorte de Big Brother » brestois ?

« Cette délibération a retenu ma plus grande attention au vu de son  importance » a déclaré Michel CALONNEC.  « En effet, rares sont les délibérations de 6 pages annexées de 71 pages supplémentaires visant vraisemblablement à accroître notre compréhension de cette stratégie prospective.

J’ai donc, tout comme vous tous sans doute, parcouru les 77 pages de cet inventaire à la Prévert avec le plus grand intérêt et parfois buté sur quelques longueurs proustiennes dont celle-ci, qui en son temps, nous aurait valu le courroux de notre ami Michel Gourtay.

Je cite : « Cette stratégie est résolument transversale dans la mesure où elle n’est pas fondée sur une approche thématique mais repose sur l’hybridation thématique et casse les silos.»

Ce document relève néanmoins quelques excellents constats et démontre, s’il fallait le démontrer, la nécessité de densifier numériquement  nos pôles d’excellence, ces pôles denses deviendraient les garants  de notre capacité à innover sur les marchés du futur.

En résumé ce document alliant observations et prospective n’est en fait qu’un vœu pieu visant à porter sur les fonds baptismaux une étatisation métropolitaine, une sorte de Big Brother qui se nommerait BHD (Brest Horizon Digital).

Hélas,  dans le domaine du numérique les exemples sont nombreux où les initiatives individuelles prennent de vitesse les velléités interventionnistes. De plus, comme l’a conclu le Conseil de Développement de la Métropole dans son avis « il manque un chiffrage des moyens financiers, matériels et humains nécessaires à cette digitalisation ». Heureusement pour BHD qui évite ainsi de rajouter une 143e  page au martyrologe des économies à réaliser.

En conclusion,  je tiens à vous assurer que notre groupe est tout à fait favorable à la montée en puissance des nouvelles technologies de la communication, notre soutien au « sans fil » est connu de longue date, car le filaire nous a toujours semblé manquer de fiabilité

Nous voterons donc contre cette délibération pour éviter que ces bonnes idées ne deviennent une entrave et une charge complémentaire pour notre collectivité. »

Relire également :