Bernadette MalgornCulture, sports et loisirsInterventions et communiqués

La politique sportive « peau de chagrin » de l’équipe Cuillandre

Posted

 

« L’expression « peau de chagrin », entrée dans le langage commun pour désigner tout ce qui ne cesse de se réduire, s’applique de plus en plus  à la politique sportive poursuivie par la municipalité. » C’est ainsi que Laurent GUILLEVIN, élu Rassemblement pour Brest, qualifie la politique de l’équipe Cuillandre.

 « C’est assurément ce sentiment qui prévaut  s’agissant des  conditions faites à la pratique du basket en salle, mais pas uniquement. En examinant de manière  objective  le dispositif actuel  il y a sur Brest  trois salles permanentes dotées d’une surface de jeu avec un  parquet : à Quizac, au Forestou et bien entendu à Cerdan.

En effet, au-delà du simple  aspect des  rencontres officielles,  certaines fédérations sportives exigent  qu’à partir d’un certain niveau, outre les compétitions, les  entraînements doivent impérativement se dérouler  dans des salles avec parquet. C’est le cas du Basket mais aussi du Handball, du Volley.

 Par ailleurs, si l’on s’attache à  la capacité en nombre de places : le Forestou peut recevoir 250 spectateurs  environ ;  Quizac un peu  plus de 200 et   Cerdan,  1300 personnes. Cela porte une  capacité d’accueillir  optimale à 1800 places environ. »

L’équipe Cuillandre a prévu la fermeture puis la démolition de la salle Cerdan,  lieu emblématique de la vie sportive brestoise depuis des décennies. Cette opération se ferait semble-t-il au profit  d’un projet immobilier.

 « Cette décision  ne sera pas neutre pour le milieu sportif qui devra :

      soit se replier sur l’Arena  avec tout ce que cela implique en termes de planning, de disponibilité de la salle et cela  sans parler du coût  de location ;

      ou être contraint de limiter l’accueil de spectateur. En effet ce n’est pas le futur gymnase Foch qui permettra d’absorber  la perte de Cerdan. Cerdan c’est  1300 spectateurs, demain Foch ce sera  5 fois moins : 250 spectateurs !!! »

Pour le Rassemblement pour Brest,  « cette approche  « peau de chagrin » ou « multiplication des coûts » n’est pas satisfaisante ».

 

 

 

Bernadette Malgorn et Colette Le Guen-Boucher, Salle Cerdan

 

 

Bernadette Malgorn  à  la salle Marcel Cerdan avec des ex-joueurs de l’Etendard et Laurent Guillevin