Bernadette MalgornEducationPrises de positionVéronique Bourbigot

Le Rassemblement pour Brest relance le débat sur les Temps d’Activités Périscolaires

Lors des conseils municipaux des  11 mai et  29 juin 2017 , le groupe des élus du Rassemblement pour Brest, par la voix de Bernadette MALGORN et Véronique BOURBIGOT, était intervenu sur la politique éducative et le temps de l’enfant pour vous interroger sur les intentions de la collectivité en matière d’évolution et d’évaluation des temps périscolaires.

Véronique BOURBIGOT a de nouveau fait entendre les positions du rassemblement pour Brest le 12 octobre dernier. S’adressant au maire de Brest elle a  déclaré :

 » Dès 2013, lors de la réforme Peillon, vous avez mis en place les Temps d’Activités Périscolaires (TAP) dans la précipitation.
Notre approche qui n’est pas nouvelle puisqu’elle remonte à 2014, rejoint d’ailleurs les nouvelles pistes plus ouvertes tracées par le nouveau ministre de l’éducation nationale M. Jean-Michel Blanquer.

Je rappelle qu’elles étaient nos préconisations :

– 1 : passer par une phase d’expérimentation d’une année, permettant d’évaluer avec les équipes pédagogiques et les parents les effets et les bénéfices de la réforme avant une application plus large en élémentaire ;

– 2 : vérifier de la pertinence de ces nouveaux rythmes sur les enfants de maternelle. Elle est mise en question surtout pour les petites et moyennes sections
L’intérêt global des TAP n’est pas toujours démontré, ils ne satisfont pas une large part des familles et des équipes enseignantes.

Parents et enseignants constatent une fatigue accrue chez beaucoup d’élèves et leur coût est lourd pour notre collectivité : 1,2 M€ pour Brest pour un budget total de 1,8M€.

Aujourd’hui, plus de 40 % des communes françaises ont décidé de revenir à la semaine des 4 jours dès cette rentrée essentiellement pour raisons budgétaires. Pour Brest, nous sommes dans un dispositif qui coure jusqu’en 2019.
C’est donc avec intérêt que nous pris connaissance de la restitution publique du bilan – évaluation du schéma d’organisation de la semaine scolaire et des temps périscolaires qui a eu lieu le 14 septembre dernier.
Le bilan général reste très mitigé mais il coïncide largement avec le constat que nous avons pu nous même dresser au contact des parents et des équipes enseignantes.
Cette étude doit être considérée comme une base de travail mais son échantillon est trop maigre. Elle appelle à une plus large concertation, une remise à plat du système.
Cette réflexion doit être à la fois humaine et financière, dans l’intérêt des enfants.

Nous disions, le 29 juin dernier, notre souhait d’être informés des initiatives que vous envisagez et être associés au suivi de l’évaluation comme le recommande d’ailleurs le ministre de l’éducation avec « parents d’élèves et équipes pédagogiques ainsi que les élus locaux ».

Nous y sommes prêts pour notre part, quelles sont vos intentions concrètes en la matière ? »

 

Relire également  l’article du 6/07/2017 :  Rythmes scolaires, éducation prioritaire : quelle mise en œuvre des réformes Blanquer à Brest ?

 

Journal SCIAGE n°2 – octobre 2017